Éditorial de Paul Amoussou : ‘’iel’’, ce néologisme-là !

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Éditorial de Paul Amoussou : ‘’iel’’, ce néologisme-là !

Edito_de_Paul_AMOUSSOU

‘’L’homme, cet inconnu’’. Cet ouvrage d’Alexis Carrel, une vraie énigme pour le lecteur ordinaire, n’interpelle pas moins les consciences, ne serait-ce que par le titre en lui-même, car en définitive, l’homme reste un grand inconnu, même après s’être fait disséquer par toutes les sciences qui se sont penchées sur lui pour savoir de quel nom il faut l’appeler, de quelle eau il est fait…

LIRE AUSSI:  Programme d’action du gouvernement 2021-2026: Accentuer la dynamique du développement national


Prix Nobel de Médecine en 1912, Alexis Carrel emprunte le chemin qu’il connait le plus, la voie scientifique, pour faire un traité sur l’essence de l’homme, l’évolution de l’humanité, questionner les races… Selon Carrel, « C’est de sa propre substance que l’homme doit, à grands coups de marteau, faire voler les éclats afin de reprendre son vrai visage». Sondant les complexités de la race humaine, notre médecin nobélisé indique que « Pour grandir de nouveau, l’homme est obligé de se refaire. Et il ne peut pas se refaire sans douleur. Car il est à la fois le marbre et le sculpteur ». Et ajoute-t-il, « L’homme doit être envisagé comme le témoignage d’une vision du monde désormais dépassée… ». Il faut mettre là un terme aux citations d’Alexis Carrel, car son écriture est un vrai casse-tête chinois. De cet ouvrage, il suffira de retenir qu’il essaie de démêler l’écheveau, le fil d’Ariane, fil spongieux qui fait de l’homme ce qu’il est. Y est-il parvenu ? Alexis Carrel n’en a pas lui-même la prétention, et l’évolution des choses lui donne raison, puisque nous voilà confrontés à l’écriture dite inclusive avec l’entrée du pronom non genré «iel» dans la version en ligne du dictionnaire Le Robert. Le néologisme ‘’iel’’se définit comme étant du genre neutre (justement), pronom de la troisième personne du singulier permettant de désigner les personnes, sans distinction de genre. Cette contraction des pronoms «il» et «elle», qui fait référence à une personne ne se reconnaissant pas dans un genre binaire, fait débat.
Au-delà de la polémique, qui tient plus au militantisme ou non en faveur de ces personnes de nature peu commune que sont les transgenres, pour ne pas dire transsexuels et autres, il faut se rendre à l’évidence que ce néologisme aura du mal à s’imposer : autrement qu’à l’écrit, comment identifier ceux à qui il faut attribuer le ‘’iel’’ ? Et comment former le pluriel de ce pronom détonnant ? Exemple de l’usage qu’on peut en faire : les jours où iels n’avaient pas l’occasion de parler un peu, juste tous les deux, iel se sentait vide…Il y a matière à débat !

LIRE AUSSI:  Commission de l’Uemoa : Abdoulaye Diop nommé président