Éditorial de Paul Amoussou: Je vote, donc je suis

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Éditorial de Paul Amoussou: Je vote, donc je suis


Une boutade met en garde trivialement ceux qui se détournent de l’action politique et indique sans détour que, lorsque vous ne faites pas la politique c’est elle qui vous fait. Cruelle réalité, car comme avec Lagardère lorsque vous n’allez pas à lui c’est Lagardère qui ira à vous.

LIRE AUSSI:  Débats budgétaires au Parlement:La Cena plaide pour une hausse de son budget

Tout serait de ce point de vue ‘’politique’’, car la gouvernance est par définition politique, tous les choix opérés par nos dirigeants, depuis le chef quartier jusqu’au président de la République, sont ‘’politiques’’. Et s’amuser à dire, comme on l’entend dire quelquefois, que « l’on ne fait pas la politique », c’est confier son destin aux décideurs sans leur indiquer la voie à suivre, les choix qui contribueraient à votre bien-être ou le cas échéant à votre malheur… Donner un tel blanc-seing, c’est-à-dire un chèque en blanc aux gouvernants est tout simplement suicidaire, dans un régime démocratique où la possibilité de sanctionner, de contribuer aux choix décisifs est donnée via le vote. Autrement dit, c’est une façon comme tout autre de dire « faites ce que vous voulez de moi, peu m’importe » ! ».
Mais c’est perdre de vue que ce sont nos impôts, l’argent du contribuable, qui financent l’action politique et rémunèrent les acteurs politiques. Rien de plus fou, conviendrez-vous, de donner son fric à dépenser sans en contrôler l’usage.
Aussi, sans prendre la carte d’un parti ou investir l’arène politique, la meilleure façon de « faire la politique » reste de voter, d’exprimer son humeur, son sentiment, son choix, l’inclination que l’on veut que son quartier, sa commune, son pays, prenne…C’est là le sens du vote. Tout simplement. S’abstenir de voter, c’est laisser les autres décider de votre destin, en quelque sorte, ne pas faire connaitre donc ses aspirations, et par conséquent en subir les contrecoups et toutes les implications que les choix faits sans vous impliqueraient.
Le vote, il est d’adhésion, il est aussi de sanction. Adhésion pour un nouveau projet porté par une force politique autre que celle au pouvoir ; vote de sanction, pour exprimer son ras-le-bol du gouvernement en place ou lui adresser un message l’amenant à infléchir sa politique, soit fiscale, soit sociale, soit économique, etc. Il faut donc voter, blanc, rouge, vert, mais voter tout de même afin de passer son petit message aux gouvernants : je vote, donc je suis. Je vote, donc je dis aux gouvernants « faites bien ce que vous avez à faire pour le bien de tous »,
sinon rendez-vous au prochain vote pour la sanction…

LIRE AUSSI:  Scrutin du dimanche 6 mars: Près de trois heures de retard par endroits dans l’Ouémé-Plateau