Éditorial de Paul AMoussou: La gangrène terroriste et implications internes

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Éditorial de Paul AMoussou: La gangrène terroriste et implications internes


La menace terroriste, aujourd’hui, est endémique, et comme le coronavirus, elle n’épargne aucune sphère géographique. Le Bénin n’est pas du reste, quand bien même il ne subit pas heureusement les attaques sauvages de ces renégats de manière aussi foudroyante et récurrente que ses voisins.

LIRE AUSSI:  Coopération multilatérale: Deux nouveaux ambassadeurs présentent leurs lettres de créance

Dans ce qu’il convient de qualifier de géopolitique des groupes terroristes dans la sous-région, le Bénin n’est pas au fronton, à l’avant-poste des intérêts de cette gangrène qui sème terreur et désolation un peu partout sur la planète. Mali, Niger, Burkina Faso, en Afrique de l’Ouest, s’il y a une problématique qui donne de l’insomnie aux dirigeants, c’est bien la menace terroriste qui constitue en sus aujourd’hui un véritable handicap pour le développement.
Le Bénin en est peu impacté, car il n’intègre pas la géopolitique, les intérêts et mobiles de ces mouvements islamiques, entre Boko Haram et Al Quaida au Maghreb islamique. N’empêche que ces groupes islamiques font des incursions sur le territoire béninois, à ce qu’il semble, en général aux confins des frontières que notre pays partage avec ses voisins qui restent leurs zones d’opération de prédilection. Leurs replis, sous la pression des forces de sécurité de ces pays frappés de plein fouet par les attentats terroristes, n’échappent heureusement pas à des yeux avisés béninois, au dispositif de surveillance au cœur duquel demeurent les populations qui restent les caméras de surveillance les plus sûres et dont la collaboration avec les forces de sécurité reste indispensable et fortement sollicitée par ces dernières. Rien de plus efficace que le signalement à la police, par un autochtone, d’un élément inconnu qui se fait remarquer dans un village où celui-ci n’est pas familier !
Dans la guerre asymétrique que mènent les terroristes face aux Etats habitués à des méthodes conventionnelles, il ne faut toutefois pas se targuer d’avoir de solutions miracles ou imparables, étant entendu que ces assaillants d’un ordre nouveau ne rechignent pas à se faire hara-kiri, à consentir au sacrifice suprême, c’est-à-dire perdre leur vie dans une guerre aux motivations floues, voire absurdes. Cela étant, l’efficacité du dispositif sécuritaire mis en place par les forces de sécurité béninoises contre le terrorisme a été récemment éprouvée, à l’occasion des actes de vandalisme perpétrés lors de l’élection présidentielle. Et il a fait ses preuves. Fort heureusement, car la menace terroriste que recèlent de prétendus réclames politiques, a été neutralisée sans beaucoup de casses. Et de fort belle manière par les forces de sécurité et de défense, qui ont su bien ainsi exécuter leur mission républicaine de sauvegarde de la patrie, en ne laissant place à aucun vide sécuritaire que certains agissements sous prétexte de manifestations politiques tendent à instaurer. Leurs auteurs mesurent-ils leur responsabilité, ce faisant, en favorisant des failles au profit de la gangrène terroriste, menace réelle qui nous pend au nez ?

LIRE AUSSI:  Célébration du retour des biens culturels à la Marina : « Ce retour est le témoignage de ce que nous avons été, de ce que nous avons connu la grandeur »