Éditorial de paul Amoussou: Nous sommes tous Covid 19

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Éditorial de paul Amoussou: Nous sommes tous Covid 19

Editorial de Paul Amoussou du Journal La NationEditorial de Paul Amoussou sur Alpha Condé

Panique sur la grosse boule bleue. Alerte rouge, du fait du Covid 19 bien connu sous son nom générique, coronavirus. Le monde entier se montre effarouché par le phénomène viral qui est passé du stade d’épidémie à celui de pandémie. C’est dire que c’est grave.

LIRE AUSSI:  Entretien du président de la République sur France 24: Talon réaffirme sa conviction quant aux réformes

D’autant que la science avoue pour l’heure son incapacité à trouver rapidement un remède et que les organismes spécialisés se contentent de prodiguer de bons conseils de prévention.
Mais si cette saloperie, après son déclenchement en Chine, sévit davantage dans les pays occidentaux, il faut toutefois déplorer que les Africains affichent une certaine désinvolture à travers leurs comportements de tous les jours face au mortel virus. Alors que les confinements se corsent ici et là, alors que stars et personnalités publiques contractent le virus, et que les statistiques s’alourdissent, sous les tropiques, il y en a qui paradoxalement se targuent d’être immunisés contre le Covid 19.

Convaincue que reste une certaine opinion africaine que le virus n’est pas africain, en raison de ce qu’il ne supporterait pas une forte température. Avec beaucoup de légèreté, on s’accroche à de fallacieux arguments qui tiennent plus de l’absurde que de la raison, allant d’un prétendu ‘’effet piment’’ à l’antidote à base d’ail. On en rit, dans un fatalisme déconcertant. Mais, attention, nous sommes tous Covid 19. Au nom de cette universalité, de l’interpénétration entre pays, qui fait de la terre désormais un gros village. Aussi, le virus n’a-t-il pas de frontières, peu importe la partie de l’hémisphère où l’on se situe ces temps-ci, nul ne peut prétendre être à l’abri véritablement de la vedette actuelle des virus.
Il suffit d’aller à l’église pour se rendre à l’évidence qu’on échappera difficilement à ‘’la paix du Christ’’. A l’embarquement, pour un vol, peu importe la destination, on réalise bien vite que les formalités astreignent à un regroupement qu’il faut pourtant éviter par ces temps qui courent, y compris les technologies appendices de douane qui trônent fièrement dans tous les aéroports, dont on vante les mérites et qui s’avèrent de puissants vecteurs de virus de tout acabit. Et que dire des billets de banque qui circulent d’une main à l’autre, d’un distributeur automatique à un autre ?
A moins de s’asperger à longueur de journée de gels antibactériens, chose vaine puisque nous sommes en présence d’un virus virulent, on aura du mal à échapper au dessein imposé par Covid 19 ! Alain Souchon ne trouvait pas si bien de chanter qu’on est foutus… Même s’il ne faut pas désespérer de ce énième virus, qui vient s’ajouter à la peste, à la grippe espagnole, au HIN1 ou au VIH.

LIRE AUSSI:  Célébration culturelle dans le septentrion: Le peuple baatonu mobilisé autour de la Gaani