Éditorial du 09 Août 2021: A nous de jouer !

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Éditorial du 09 Août 2021: A nous de jouer !


Plus haut, plus loin, plus fort. Tel que voulu dans leur esprit, les Jeux olympiques viennent de tenir une fois encore toutes leurs promesses. La beauté du jeu, belle expression du dépassement de soi. Que ce soit en natation, en judo et autres, les athlètes se sont surpassés. Pour le drapeau, pour la gloire, pour le plaisir de nous autres athlètes de canapé, qui partageons avec ces derniers le goût exquis de l’adrénaline.

LIRE AUSSI:  Revue à mi-parcours du Pta du Mic: Un taux d’exécution physique de 28,12 %

De toute beauté ont été les Jeux olympiques Tokyo 2020, malgré un trouble-fête appelé Covid-19, présent de bout en bout dans les esprits mais dompté par le génie créatif humain, nous invitant à surpasser cette pandémie qui ne doit pas être un handicap à la vie.

Mais pour un Béninois, quelle frustration de vibrer aux couleurs des autres nations, bien que l’esprit des Jeux olympiques nous incline au fair-play ! Cela amène à réflexion. Pourquoi n’avions-nous pas été au rendez-vous auquel ont répondu tant d’autres nations qui nous complexent ?
Plus haut, plus fort, plus loin, nous Béninois en sommes aussi capables.
Pour la natation et l’aviron, ne sommes-nous pas si pourvus d’eaux au Bénin, de l’Ouemé à l’Okpara en passant par le Mono et le Couffo… ? Ne serait-ce qu’avec nos centres communaux de loisirs, nous méritons bien quelques bonnes graines de judokas ! Et pour apprendre à courir, Jamaïcains, Ethiopiens et Kényans n’ont eu besoin que de leurs sols rocailleux et d’un encadrement sérieux pour remporter des médailles.
Alors, qu’est-ce qui nous fait défaut pour gravir ces podiums qui font la gloire de tant d’athlètes et de tant de nations qui brillent de mille feux et de fierté de voir leurs drapeaux hissés au sommet, inscrivant ainsi leurs noms dans la belle histoire olympique ?

LIRE AUSSI:  Céna: Abou Boukari Adam Soulé prête serment ce jour

Pas grand-chose, car comme n’a de cesse de le marteler le président Patrice Talon, ‘’nous sommes une grande nation’’. C’est lourd de vérité, car il est difficile de soutenir le contraire parlant du pays de Béhanzin, Kaba et autres illustres personnages qui font notre fierté pour avoir écrit de belles pages de notre histoire.
Mais il nous manque, un zeste d’organisation, du sérieux à l’œuvre, de la part de nos fédérations et comités sportifs. Ce supplément d’âme qui fait la différence chez nos athlètes et leurs encadreurs, nous manque aussi cruellement. Bref, un changement dans l’état d’esprit, que requiert l’effort consenti par l’Etat à travers la construction d’infrastructures sportives. Changement qui commencerait bien par une judicieuse utilisation des ressources mises à disposition desdites fédérations par l’Etat et dont l’autre bout reste cette force, cette capacité à se transcender, le dépassement de soi qui demeure le principal leitmotiv d’un athlète. A nous de jouer ! l

LIRE AUSSI:  Contentieux électoral / Législatives 2019: La Cour tranche ce jour