Editorial du 10 Septembre 2021 : Un as dans les astres

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Editorial du 10 Septembre 2021 : Un as dans les astres

Editorial de Paul Amoussou du Journal La NationEditorial de Paul Amoussou sur Alpha Condé

Rien ne pâlit le brillant de l’étoile dans le ciel, que ce ciel soit boréal ou austral, occidental ou tropical. Une étoile reste une étoile, qu’elle brille dans un ciel noir ou bleu, à l’instar de l’emblématique Jean-Paul Belmondo décédé ce 6 septembre.

LIRE AUSSI:  Éditorial de Paul Amoussou : donner un peu du sien 


Star incarnant plus que quiconque l’anti-starisme, populaire non pas pour l’être mais l’étant comme par nature, comment ne pas rendre aujourd’hui hommage à l’immense artiste qu’est et restera Belmondo comme on l’appelle, comme s’il était un familier. Encore que familier, il l’était, pour tous les quinquas, d’ici et d’ailleurs, qui n’avaient ni Facebook, ni Twitter, mais que les salles obscures pour s’offrir des échappées belles.
On dit Belmondo comme on dit Jackson sans devoir préciser s’il s’agit de Michael, cet autre astre qui nous a quittés, brisant des millions de cœurs accrochés à son talent inné. Jean-Paul Belmondo, magnifique acteur, as des cascades les plus folles, avait un chic peu commun, une gouaille sans pareille, et n’avait pas la peur au ventre pour faire monter chez le cinéphile l’adrénaline dans Peur sur la ville ou Le professionnel !
Avec son décès, c’est un peu un ami qui quitte tous ceux qui ont suivi ses pérégrinations sur les écrans. Qu’il soit flic ou voyou, guignol ou joyeux luron, Belmondo est resté un incorrigible père Noël des salles obscures : le génie de donner de la joie ne l’aura jamais quitté, de même que ce sourire resté à jamais scotché sur son faciès, jolie bouille du copain que l’on aimerait avoir, du tonton sur lequel on reposerait son épaule sans sourciller. Smiley avant l’ère smiley, énigmatique sourire qui ne le quittait jamais comme s’il ne savait pas être autrement que souriant, solaire, Belmondo est un puissant disséminateur de la joie de vivre, de bonnes et inébranlables raisons d’être heureux, d’avoir la patate. Avez-vous un coup de sinistrose ? Vite, un zeste de Belmondo, dirait-on, pour se remonter le moral ! L’artiste nous a quittés ? Scrutons les nuées là-haut pour voir si un sourire Belmondo ne s’y dissimule pas. Et attention à ne pas prendre avant une bonne baffe, histoire de nous rappeler que rien ne sert de se prendre la tête : sourions à la vie”.

LIRE AUSSI:  Éditorial du 13 Septembre : Ça se discute !