Éditorial du 30 Août 2021: Palier supplémentaire

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Éditorial du 30 Août 2021: Palier supplémentaire

Editorial de Paul Amoussou du Journal La NationEditorial de Paul Amoussou sur Alpha Condé

Franchir un palier supplémentaire. C’est l’exercice auquel il convient de penser, de nous livrer, après celui plutôt réussi de rectification entamé depuis peu. On ne va pas épiloguer là-dessus, mais jusqu’à l’avènement de Patrice Talon au pouvoir, étaient défectueux, nos procédés, notre état d’esprit, l’approche que nous avions de la gestion de la chose publique, du développement qui se résumait en un slogan sans contenu réel…

LIRE AUSSI:  Climat délétère à la direction départementale du Travail Borgou-Alibori: Le ministre Aboubakar Yaya hausse le ton et menace

Incarnant une rupture avec tout ce qui précède, chantre d’une approche nouvelle de la gouvernance publique et de la perspective dans laquelle il nous faut l’inscrire désormais, Patrice Talon a dû faire quasiment un rempart de son corps pour impulser cette nouvelle donne. Celle-ci ne s’accommode ni de permissivité ni de compromis avec les règles légales, les exigences qualitatives ou l’exemplarité au service de l’Etat… Il est désormais admis qu’au sommet de l’Etat on peut aborder le bien public avec circonspection, qu’une approche vertueuse de la gouvernance publique est possible au Bénin, que la punition de la classe dirigeante n’est pas chose impossible lorsque celle-ci en vient à enfreindre les règles du jeu. C’est une avancée significative, obtenue en un quinquennat au cours duquel Patrice Talon s’est retrouvé dans le rôle d’Héraclès nettoyant les écuries d’Augias (qui étaient dans un état de saleté répugnante tant le fumier s’y était accumulé) en un jour.
Essai réussi, mais à quel prix ? Sous un torrent violent de critiques, voire de haine s’est retrouvé le régime actuel dont les résultats, bons, pourraient faire croire que ce ne sont pas des Béninois qui les ont obtenus. Que ce ne sont pas des Béninois qui œuvrent au profit et pour le bien d’autres Béninois. On revient de loin. Il faut mettre toutes ces crispations à l’actif de résistances inhérentes au changement, et saluer la grandeur d’esprit du président Talon, qui, grand seigneur, attribue ces avancées au mérite de la collectivité nationale. Il s’agit, après coup, de transformer l’essai, comme on le fait chez les rugbymen. Car tous les sacrifices consentis pour en arriver à un tel résultat seront vains, si les nouvelles résolutions et aptitudes développées ne survivaient pas à Patrice Talon qui soutient lui-même que seul le Bénin est éternel, ayant raison en cela.

LIRE AUSSI:  Redevance de régulation des marchés publics : Eric Houndété demande des comptes au ministre d’Etat Komi Koutché