Éditorial du 31 Mai 2021: Requiem heureux pour le ministère de la Communication

Par Paul AMOUSSOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Éditorial du 31 Mai 2021: Requiem heureux pour le ministère de la Communication


Epiloguons sur la suppression du ministère de la Communication. Un ministère qui se veut l’interlocuteur privilégié des médias mais qui, frappé par un mal-être indicible, est balloté ces trente dernières années au Bénin, allant d’une équipée à l’autre, faisant ménage tantôt avec la Culture, tantôt avec le Tourisme, sans oublier l’incontournable ‘‘porte-parolat’’ avec lequel ce pôle entretient un lien quasi vénal…

LIRE AUSSI:  Mairie de Porto-Novo : 2,750 milliards F Cfa de dettes bientôt payées par titrisation

Il fallait mettre un terme à cette mascarade devenue insupportable, car l’avènement des médias nouveaux et leur développement fulgurant ont rendu anachronique ce département ministériel qui, ne pouvant se suffire à lui-même, se trouve contraint à devoir toujours composer avec quelque adjuvant, comme récemment encore où le département de la Communication a été renforcé par la Poste, pour avoir consistance et substance.
Le ministère de la Communication, en soi, est devenu par la force des choses ‘’un machin’’ sans réel contenu autre que pour son titulaire d’être le vis-à-vis accessoire des organisations des médias, de sacrifier à la tradition d’un petit discours prononcé chaque 3 mai à l’occasion de la journée internationale de la presse, et de prendre acte au passage du ‘’hit-parade’’ de moins en moins objectivé de Rsf.

Il ne faut cependant pas se laisser aller à la faiblesse de croire que les ministres qui ont eu ces trente dernières années ce portefeuille ministériel passaient le clair de leur temps à bâiller aux corneilles ou que les cadres qui y ont servi, n’ont eu à gérer que des dossiers sans importance, le doigt dans le nez, car de toute façon, il y avait de la matière venant des indispensables suppléments d’âme dont le département de la Communication ne pouvait se départir !
Décidé à débarrasser la République du Bénin de ses oripeaux, dans un esprit de transgression assumé, la suppression du ministère de la Communication par le président Talon qui se refuse d’être un imbécile, car seuls les imbéciles ne changent pas d’avis, rejoint bien d’autres décisions difficiles comme la liquidation de sociétés d’Etat, dont certaines sont des options retenues bien souvent avant 2016. Mais en authentique ‘’Agbonnon’’, littéralement ‘’celui qui le peut’’, à la différence de ses prédécesseurs, Patrice Talon, en chirurgien avisé, ne tremble pas lui, une fois le bistouri en main, et ne cède ni au qu’en-dira-t-on ni à la faiblesse de plaire au point de devoir renoncer à une décision pourtant indispensable !
D’où le requiem du ministère de la Communication prononcé ! Justement. Reste à chanter son te deum, par une appropriation de ses attributs par un ministère tout indiqué : le ministère en charge du Numérique…

LIRE AUSSI:  Etablissement du passeport ordinaire biométrique: De grandes avancées