Education à la protection de l’écosystème: L’Ong Yimma -Bénin célèbre la Jna

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Education à la protection de l’écosystème: L’Ong Yimma -Bénin célèbre la Jna

Education à la protection de l’écosystèmeprotection de l'écosystème

 

A l’occasion de la célébration de la Journée nationale de l’arbre, édition 2022, l’Ong Yimma -Bénin a mis en terre des plants de diverses essences à l’École primaire publique Tagayè dans la commune de Natitingou, samedi 04 juin dernier. Il s’agit d’une activité publique faisant partie du projet Planète Education développé avec Planète Education et co-financé par la Fondation Air France.

LIRE AUSSI:  Aires marines protégées de Cotonou et Grand-Popo : deux fleurons en gestation (Pêcheurs et écologistes satisfaits)

L’Organisation non gouver-nementale Yimma-Bénin en partenariat avec Planète Urgence a mobilisé les directeurs de dix écoles pilotes du Projet Planète Éducation, les élèves ainsi que leurs parents à l’école primaire publique Tagayè, samedi 04 juin dernier. C’était dans le cadre de la célébration de l’édition 2022 de la Journée nationale de l’arbre. Dans ce cadre, il est prévu la mise en terre de trente arbres de diverses essences respectivement dans les écoles primaires publiques de Tagayè, Bérécingou A et B, Kotopounga C, Kouandata, Kota, Toribou, Ouroukparibou, Ourkouarou et Ourouborna, partenaires du projet financé par la Fondation Air France, la Fondation groupe Edf et 1 % For the planet.
Ce projet vise à outiller et à renforcer les compétences des acteurs de l’éducation en termes de sensibilisation à l’environnement en co-créant des kits pédagogiques, à sensibiliser et à rendre les enfants acteurs de leur propre environnement, à faire émerger un ensemble d’acteurs promouvant un changement de l’écosystème éducatif national en faveur de la sensibilisation à l’environnement. Il est attendu en termes de résultats, la sensibilisation de 3 600 écoliers sur les enjeux environnementaux, un appui à cinq jardins scolaires dans cinq écoles formées aux techniques de plantation et d’entretien des arbres. 300 arbres seront plantés, 10 écoles bénéficient de poubelles nécessaires à la collecte des emballages plastiques, 1 500 écoliers formés à la gestion des déchets…

LIRE AUSSI:  FAO : Liste des 33 pays africains ayant besoin d’une aide externe

Impliquer les enfants

Dans un contexte de changements climatiques, l’urgence est de protéger l’écosystème, pour assurer un environnement meilleur aux enfants. Félix Kobi, directeur de l’Epp Tagayè, a indiqué que tout se fait pour protéger l’environnement au profit des enfants appelés à grandir. Dans son école, un club environnemental de quinze élèves veille à la protection de l’écosystème. Parfait N’Toua, le porte-parole des écoliers, est reconnaissant envers Yimma-Bénin et ses partenaires pour leurs actions au profit des écoliers. Il est heureux d’accueillir les membres de l’Ong venus planter des arbres à Tagayè. Une communication intitulée : « L’avantage d’impliquer les enfants dans la protection de l’environnement » a été présentée par Olivette P. Kasso, directrice exécutive de Yimma-Bénin. Elle y a évoqué l’intérêt de développer l’amour de l’environnement chez les enfants.
Daniel Chabi Boni, délégué national de Planète Urgence Bénin, a décerné un satisfécit aux directeurs des écoles partenaires du projet. Selon ses dires, ils font un travail important avec les plus jeunes en leur inculquant la problématique environnementale pour combattre tout ce qui porte atteinte à l’écosystème dans nos milieux de vie. Le Bénin, dit-il, est la phase pilote du projet démarré en 2021 et qui va s’étendre en 2022 à Madagascar. « Le futur immédiat, c’est d’étendre ce projet dans toutes les communes du Bénin et cela va démarrer à la rentrée d’octobre 2022 », a rassuré Daniel Chabi Boni.
À Natitingou, le projet a reçu l’adhésion de la mairie, de la circonscription scolaire et des structures institutionnelles. Leur regard sur les différentes activités du projet renforce la connaissance des enfants et des parents dans la lutte contre le réchauffement climatique. Toutes choses qui rassurent Boris Tcheriwan Kassa, président de l’Ong Yimma-Bénin. Il a espoir que les enfants impliqués dans la protection de l’écosystème auront la lourde responsabilité de lutter contre les réchauffements climatiques, l’effet néfaste de la déforestation… « C’est déjà important d’inculquer aux enfants ce qu’est le respect de l’environnement. En grandissant, vous verrez que vous apprenez de bonnes choses avec tout ce que nous faisons », souligne Tcheriwan Kassa, reconnaissant envers Planète Urgence, une Ong française créée en 2000 dont la mission est de former les hommes et les femmes pour protéger les forêts et la biodiversité en danger.
L’école vit avec les parents, fait savoir Sika Pema, conseiller pédagogique, représentant le chef de la Région pédagogique. Ces derniers doivent veiller au suivi et à l’entretien des plants mis en terre. « Planter un arbre est une action endogène mais à effet international. L’environnement, c’est partout », informe-t-il. Il faut préciser que Yimma-Bénin intervient dans l’éducation environnementale, le reboisement et le soutien aux jardins des écoles à cantines. Elle fait de la sensibilisation aux sachets plastiques et kits scolaires, accompagne des couches de populations vulnérables, appuie les familles pauvres et vulnérables à renforcer leur capacité de résilience n