Education et droits des jeunes et enfants : Le projet Acte-Afrique pour des solutions durables

Par Anselme Pascal AGUEHOUNDE,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Education et droits des jeunes et enfants : Le projet Acte-Afrique pour des solutions durables

Education et droits des jeunes et enfants Le projet Acte-Afrique pour des solutions durablesTous sont prêts à œuvrer au renforcement du pouvoir d’agir des enfants et des jeunes

Contribuer à un meilleur accès aux droits en renforçant le pouvoir d’agir des enfants et des jeunes ; c’est le but du projet multi-pays Action pour la citoyenneté par et pour tous les enfants par l’éducation en Afrique (Acte-Afrique). Co financé par l’Ong Aide et Action et l’Agence française de développement, ce projet a été lancé au Bénin ce mardi 8 février pour une durée de trois ans.

LIRE AUSSI:  Transport aérien : L’aéroport de Glo-Djigbé opérationnel dans trois ans

Pendant 36 mois, le projet Action pour la citoyenneté par et pour tous les enfants par l’éducation en Afrique (Acte-Afrique) sera mis en œuvre au Bénin dans les communes d’Allada et de Ouidah, département de l’Atlantique. Projet multi-pays incluant également le Burkina Faso, le Sénégal et le Togo, Acte-Afrique entend contribuer à un meilleur accès aux droits en renforçant le pouvoir d’agir des enfants et des jeunes en tant qu’acteurs de changement en matière de citoyenneté, de cohésion sociale et de développement durable. D’un montant global de 1 milliard 213 millions 520 mille 450 francs Cfa financé par l’Agence française de développement (Afd) à hauteur de 49 % et par l’Ong internationale Aide et Action à hauteur de 51 %; ce projet va impacter les capacités d’actions de 9 256 élèves dont 3 895 filles, de 20 085 jeunes hors écoles, de 25 organisations de jeunes, de 13 comités de gestion des écoles, de 13 associations de parents d’élèves… Représentant Aide et Action internationale, Berthe Tehou précise que le projet Acte-Afrique est basé sur une approche inclusive, et va adresser des thématiques telles que la valorisation des pratiques endogènes de socialisation et de culture de la paix, l’accès à l’état civil, l’amélioration du cadre de vie… C’est un projet fédérateur qui sera exécuté avec la collaboration de plusieurs ministères, collectivités territoriales, associations de jeunes, organisations non gouvernementales locales… Le projet va favoriser par ailleurs la promotion et l’animation du Conseil des jeunes avec la mise en place d’un cadre d’échanges virtuels avec d’autres conseils de jeunes. Portant la voix des jeunes des communes d’Allada et de Ouidah au lancement officiel du projet, Hippolyte Tchiakpè salue l’initiative. Il rappelle qu’au Bénin, les jeunes constituent la frange la plus exposée aux problèmes contemporains. Ce projet vient, selon lui, œuvrer à l’enracinement des droits et à la prise en compte de la jeunesse dans les processus de développement. Mais pour que le projet Acte-Afrique atteigne ses objectifs, il faudra, précise le représentant de la jeunesse, que chaque jeune prenne conscience de son rôle et de sa nécessaire participation au développement en adoptant des valeurs primordiales telles que l’abnégation, le patriotisme, l’amour du travail bien fait…

LIRE AUSSI:  Russie : Le nouvel ambassadeur béninois présente ses copies figurées

Une réponse aux besoins des jeunes

Pour Jérôme Bertrand-Hardy, directeur de l’Agence française de développement, le projet Acte-Afrique est une réponse aux besoins des jeunes et des enfants; une réponse portée par eux-mêmes. Acte-Afrique va créer au niveau local des dynamiques pour favoriser l’accès aux droits et le pouvoir d’agir des jeunes dans leurs communautés et construire un mieux-vivre ensemble. Le directeur de l’Afd se dit convaincu que ce projet va aider les jeunes à porter des actions concrètes puis apportera sa pierre à l’amélioration de l’accès aux droits. Il a par ailleurs salué l’importance que le gouvernement accorde aux jeunes et à leur insertion professionnelle. Directeur de cabinet du ministère des Enseignements maternel et primaire, Dewanou Avodagbe, réaffirme l’intérêt porté par le gouvernement aux enfants et à la jeunesse. Plusieurs actions sont d’ailleurs initiées dans le cadre de l’accès à leurs droits, de leur bonne éducation et de leur insertion professionnelle. «Selon les résultats du quatrième Recensement général de la population et de l’habitat, 51,17 % des Béninois sont de sexe féminin et 65 % sont âgés de moins de 25 ans. La plus forte concentration est observée dans le département de l’Atlantique avec 14 %… ». Ces statistiques justifient le choix du département de l’Atlantique pour implémenter le projet Acte Afrique. Avant de procéder à la remise du cahier des charges aux membres du comité de pilotage du projet, le directeur de cabinet du Memp a réitéré la disponibilité du ministère pour qu’à l’évaluation finale, toutes les parties prenantes soient satisfaites. Le comité de pilotage est constitué des représentants des ministères du Sport, de la Décentralisation et de la Gouvernance locale, de la Justice et de la Législation, du Cadre de vie et du Développement durable, des Affaires sociales et de la Microfinance, et du Point focal du ministère des Enseignements maternel et primaire.