Elaboration de la Charte de l’eau du bassin de la Volta: Une rencontre pour l’examen du rapport provisoire de l’étude diagnostique

Par Kokouvi EKLOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Elaboration de la Charte de l’eau du bassin de la Volta: Une rencontre pour l’examen du rapport provisoire de l’étude diagnostique


Il s’est ouvert, ce mardi 7 novembre à Natitingou, un atelier national d’examen du rapport provisoire de l’étude diagnostique technique juridique et institutionnelle pour l’élaboration de la Charte de l’eau du bassin de la Volta. Un document stratégique devant préciser les rôles et responsabilités des pays riverains concernant l’utilisation des ressources en eau.

LIRE AUSSI:  Coordination du budget de la CENA: Freddy Houngbédji destitué par ses pairs

L’atelier national d’examen du rapport provisoire de l’étude diagnostique technique juridique et institutionnelle pour l’élaboration de la Charte de l’eau du bassin de la Volta démarré, ce mardi 7 novembre à Natitingou, entend améliorer l’appropriation par les participants de la première phase du processus d’élaboration de la Charte de l’eau. Ce document stratégique devra préciser les rôles et responsabilités des pays riverains concernant l’utilisation des ressources en eau, renforcer le mandat de l’Autorité du Bassin de la Volta sur la promotion d’une politique harmonieuse et coordonnée de l’eau dans le bassin et définir les principes qui permettent la gestion durable des ressources en eau du bassin d’une manière intégrée.
Les participants, pendant deux jours, ont la responsabilité d’identifier les problématiques prioritaires ainsi que les enjeux nationaux et d’envisager le positionnement national quant aux engagements, orientations possibles et dispositions spécifiques pour la future charte. En somme, il s’agit pour eux d’apporter des éléments à la finalisation du rapport provisoire de l’étude diagnostique technique, juridique et institutionnelle pour l’élaboration de la Charte de l’eau du bassin de la Volta.
A l’ouverture des travaux, Dibi Millogo, directeur exécutif adjoint de l’Autorité du Bassin de la Volta, structure organisatrice de l’atelier, a indiqué que la tenue de cette rencontre constitue un pas important dans l’élaboration de ladite charte. Pour ce bassin qui reste un pôle important de développement pour les six Etats membres de l’Autorité, les jalons sont en voie d’être posés pour favoriser le mieux-vivre ensemble et une gestion rationnelle des ressources en eau. Liés géographiquement par ce cours d’eau, le Bénin, le Burkina Faso, la Côte d’Ivoire, le Ghana, le Mali et le Togo sont appelés, estime-t-il, à unir leur destin pour un développement durable et intégré.
Neuvième plus grand fleuve d’Afrique, le fleuve Volta qui coule sur une distance totale de 1850 km et couvre une superficie de 400 000 km2, constitue une source de moyens d’existence et un moteur de développement socio-économique pour ses 23,9 millions d’habitants, selon Maguidi Kora Gbéré, chargé de mission du préfet de l’Atacora. Des raisons de croire, à son avis, en une vision de parfaite cohabitation entre les populations riveraines.
Cette charte de l’eau du bassin de la Volta, pour Safiri Ibouraïma, représentant du ministre de l’Eau et des Mines, est un instrument complémentaire ayant pour but de renforcer la mise en œuvre plus fluide des neuf principes fondamentaux de la convention portant statut du fleuve Volta et création de l’Autorité du Bassin de la Volta en 2007 et mise en vigueur le 14 août 2009.
Au regard des enjeux et intérêts majeurs que revêt ce précieux joyau pour les Etats membres de l’Autorité du Bassin de la Volta et pour le Bénin en particulier, il invite les participants à suivre avec attention les diverses communications, qui seront soumises à leurs amendements, afin de relever les incongruités susceptibles de se retrouver dans ce rapport et d’y apporter les informations nécessaires devant garantir pour les Etats membres et pour les populations riveraines, un document fiable dont la mise en œuvre raviverait davantage la coopération sous-régionale dans le bassin.

LIRE AUSSI:  Journée mondiale de la démocratie: Le débat sur l’âge minimum aux législatives refait surface au Parlement