Elections communales et municipales du 17 mai: Une campagne en demi-teinte

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Elections communales et municipales du 17 mai: Une campagne en demi-teinte


Effective mais terne (pandémie du Covid-19 oblige !), la propagande pour les élections communales et électorales du dimanche 17 mai, s’est globalement bien déroulée dans les communes du département du Mono. Aucun accroc majeur n’est signalé, en dehors de quelques invectives, des affiches de certains candidats déchirées et autres provocations notées par endroits. Il est également à déplorer le non-respect des gestes barrières édictés dans le cadre de la lutte contre la propagation du nouveau coronavirus.

LIRE AUSSI:  Promotion des droits de la femme et égalité des sexes: Oulimata Sarr au cabinet de la vice-présidente du Bénin

En attendant le décrochage des panneaux, panonceaux, banderoles, les rues, les murs, les places publiques, les poteaux et autres supports de communication hors média offrent un spectacle désolant d’insalubrité. Les routes bitumées et les pavés ont porté les inscriptions des listes qui resteront ainsi sans doute jusqu’à la tenue du scrutin, si elles ne sont pas effacées dès ce samedi.

Les regards sont tournés vers le scrutin du dimanche pour lequel tous souhaitent un bon déroulement. Les coordonnateurs d’arrondissement du processus électoral et leurs assistants s’affairent à déployer le matériel de vote et les équipements de protection des agents des postes de vote convoyés par la Commission électorale nationale autonome (Cena), après leur formation qui a eu lieu courant cette semaine.

A Gbédjikomè dans la commune de Bopa, ce n’est ce vendredi que la liste électorale est affichée contre le mur du complexe scolaire de Bopa Centre. « Si on les affiche tôt, les enfants ou les gens mal intentionnés les déchirent, le vent ou la pluie peuvent également les emporter », avance Azonmaho Koudanou, le  chef du quartier pour justifier ce retard. Il invoque aussi le manque de moyens des chefs de village et de quartier. « C’est de ma poche que je dois faire les courses et que j’ai acheté les boules d’akassa que nous utilisons maintenant pour coller les listes », ajoute-t-il. Il lance un appel au gouvernement dans le but de motiver davantage les autorités locales à jouer pleinement leur partition dans le processus électoral.

LIRE AUSSI:  30e journée du procès Icc-Services: Les réquisitions de l’avocat général Ulrich Gilbert Togbonon

 

Claude Urbain PLAGBETO