Elections législatives 2023: Timide démarrage de la campagne électorale à Cotonou

Par Arnaud DOUMANHOUN,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Elections législatives 2023: Timide démarrage de la campagne électorale à Cotonou


Les cités ne s’emballent pas encore pour la campagne électorale. La célébration de la fête de Noël semble avoir pris le pas, si ce n’est la présence de quelques affiches au niveau de certains carrefours, qui indiquent qu’on est en campagne électorale.

LIRE AUSSI:  Nonciature du Bénin : Monseigneur Mark Gerard Miles entre en fonction

La Commission électorale nationale autonome (Cena) a donné le top de la campagne électorale mais la mayonnaise peine à prendre. Du vendredi 23 décembre, date de démarrage de cette phase de conquête de l’électorat à ce jour, ce n’est pas encore la grande ambiance, à l’instar de Cotonou, qui regroupe les 15e et 16e circonscriptions électorales. Des initiatives isolées de candidats ont été enregistrées mais les grands mouvements attendus ne sont pas encore au rendez-vous. Sur les grandes artères de la ville, se sont imposés les étalages de jouets, d’objets de décoration de toutes sortes, et des vivres pour que puissent s’approvisionner les populations en cette période de fêtes de fin d’année. Ici et là, de majestueuses décorations lumineuses reçoivent des visiteurs à longueur de nuit pour des photos souvenirs. L’ambiance électorale ne semble pas pour l’heure de préoccupation des Cotonois, et les partis politiques ne se pressent pas non plus pour changer la donne. Les affiches sont posées au compte-gouttes. « Il n’y a pas trop de mouvement dans le quartier. Tout est calme. On ne dirait même pas qu’il y a une campagne électorale en cours. Pour le moment à Yénawa Fifadji dans le 10e arrondissement, on ne voit que les affiches», a déclaré Dah Dovonon Agbogbolinsou, conseiller en charge de la sécurité dans le 10e arrondissement. Sur les sept partis en compétition à savoir l’Union progressiste le Renouveau (Up-R), le Bloc républicain (Br), le Mouvement des élites engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin), l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn), Les Démocrates, la Force cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) et le Mouvement populaire pour la libération du peuple (Mpl), à peine la moitié dispose de leurs affiches dans les rues de Cotonou. Dans certains quartiers notamment dans les 7e et 9e arrondissements, quelques groupes de jeunes jouant des tam-tams sont rencontrés chantant à la gloire d’un parti politique, mais dont le rythme fait vite croire à certains curieux que ce sont les masques kaletas qui sont en mouvement.

LIRE AUSSI:  Nonciature du Bénin : Monseigneur Mark Gerard Miles entre en fonction

Campagne médiatique d’abord

Les affiches portées par les militants sonnent la désillusion, et les enfants ayant entre temps pointé leur nez au dehors, retournent un peu déçus dans les maisons. La fête de Noël est restée pour l’heure la priorité. Les quelques rencontres nocturnes entre candidats et groupements de femmes n’ont pas inversé la tendance. « La dernière fois, j’ai été à une rencontre avec un député sortant, qui veut travailler avec notre groupement. Mais pour les trois premiers jours de la campagne électorale, nous n’avons pas été trop sollicitées», a confié dame Bernadette. A en croire Léon Hounyè, artiste danseur, les candidats ont investi les quartiers pour des échanges de proximité avec les militants et électeurs. Entre deux réunions, il a juste le temps de confier que son parti est en bonne posture pour enlever tous les sièges dans la 16e circonscription électorale.
Dans les médias par contre, la campagne médiatique suit son cours conformément aux dispositions de la Haute autorité de l’audiovisuel et de la communication (Haac) qui a préalablement défini l’ordre de passage des partis politiques et appelé les professionnels des médias au professionnalisme et à la responsabilité. « La responsabilité sociale du journaliste vous fait obligation de ne publier que les informations dont l’origine, la véracité et l’exactitude sont établies. Le moindre doute vous oblige à vous abstenir ou à émettre les réserves dans les formes professionnelles requises… », avait déclaré Rémi Prosper Moretti, président de la Haac, avant d’ajouter qu’en cette période sensible de joutes électorales, le traitement des informations requiert du journaliste la rigueur et au besoin une certaine circonspection. Pour l’heure, les médias observent avec rigueur ces directives, et les messages des candidats sont diffusés selon le créneau et le format défini. Ainsi, seule la campagne médiatique a véritablement pris son envol depuis vendredi 23 décembre. Il faut noter que ce volet du processus électoral vise à permettre à l’électeur d’opérer son choix de liste en toute connaissance de cause pour le compte des élections législatives du 8 janvier 2023.