Electricité résiliente en milieu rural: Pour une réduction de la dépendance énergétique

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Electricité résiliente en milieu rural: Pour une réduction de la dépendance énergétique

Chabi Gado Wahab Zimé

Reconnue comme une association culturelle qui promeut le développement communautaire à travers le théâtre forum, Sira Production était du 8 au 14 juin dernier à Sègbana, Kalalé et Nikki. C’est dans le cadre d’un projet qu’elle a initié pour promouvoir la filière solaire comme une alternative durable et résiliente afin de réduire la dépendance énergétique des populations rurales.

LIRE AUSSI:  Imsp de Dangbo: Les nouvelles tendances des méthodes mathématiques en physiques en débat

L’association Sira Production est également préoccupée par l’utilisation de l’énergie solaire en milieu rural et les opportunités qui lui sont liées. En témoignent les mini-conférences d’information et de sensibilisation qu’elle a organisées du 8 au 14 juin dernier à Sègbana, Kalalé et Nikki, les communes cibles du Projet solaire pour une électrification résiliente pour tous en milieu rural (ProSER/MR).
Selon le coordonnateur de l’association et du projet, Chabi Gado Wahab Zimé, l’objectif principal est de réaliser la cartographie des besoins et contraintes spécifiques des populations rurales en matière d’énergie solaire. Il s’agit également de répertorier les promoteurs de kits solaires et d’organiser des conférences villageoises sur l’utilité et les opportunités liées à cette forme d’électricité résiliente.
En effet, après la tournée qui a permis de présenter l’initiative aux autorités administratives des trois communes, la mission du 8 au 14 juin dernier a été consacrée à recenser les besoins et contraintes spécifiques des ménages et des artisans. Elle a également consisté, informe Chabi Gado Wahab Zimé, en la création d’un répertoire des promoteurs de kits solaires qui opèrent dans chacune desdites communes. Dans un second temps, poursuit le coordonnateur, des séances ont été organisées à l’intention des participants pour leur permettre de mieux appréhender les avantages et les opportunités liés au solaire.
En ce qui concerne la cartographie des besoins, il a noté plusieurs attentes, notamment l’énergie pour l’éclairage dans les ménages (charger les téléphones portables, alimenter les postes téléviseurs, les ordinateurs, etc.) et l’énergie pour alimenter les congélateurs et réfrigérateurs (vente de produits congelés, boissons de toutes sortes). Il y a également les besoins en énergie électrique pour faciliter l’activité des artisans (soudeurs, coiffeurs et coiffeuses, moulins, unités de transformation de karité, soja, etc.).
Toutefois, fait observer Chabi Gado Wahab Zimé, s’il est vrai que le besoin existe et que cette alternative énergétique s’impose, lorsque les kits ne sont pas de mauvaise qualité, ils sont trop chers pour être acquis. Dans la foulée, déplore-t-il, ce sont les populations qui se font régulièrement arnaquer par des ‘’supposés promoteurs’’ de kits solaires. « Le témoignage des autorités locales et communales en ce sens est poignant », confie-t-il. «Une chose est sûre, la pertinence du projet n’est plus à démontrer», assure-t-il.

LIRE AUSSI:  Lutte pour la réduction de la pauvreté:Plusieurs ONG lauréates reconnues d’utilité publique
Des dispositions à prendre

Pour réduire les prix des équipements, il est, dans un premier temps, envisagé d’ouvrir la concurrence en sollicitant d’autres promoteurs. « Il a ensuite été suggéré, pour éviter que les populations se fassent escroquer, d’établir le répertoire des promoteurs de kits solaires et que les promoteurs de kits solaires fiables soient installés dans des boutiques tampons homologuées », détaille le coordonnateur. Aussi, est-il recommandé la mise sur pied d’un comité mixte composé des représentants des consommateurs, des promoteurs et de la mairie pour un suivi évaluation des prestations de ces promoteurs de kits solaires.