Eliminatoires de la CAN 2017: Le suspens toujours entier dans le groupe C

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Sports |   Commentaires: Commentaires fermés sur Eliminatoires de la CAN 2017: Le suspens toujours entier dans le groupe C


Belle frustration pour les Ecureuils du Bénin pour avoir laissé filer, dimanche 6 septembre dernier, l’opportunité de prendre les trois points de la victoire et partant, le commandement du groupe C, devant les Aigles du Mali. Plutôt que de continuer à pleurer sur du lait renversé, il va falloir qu’ils tirent les leçons de ce match, afin de pouvoir se relancer dans la compétition.

LIRE AUSSI:  Fédération béninoise de Rugby: La course au renouvellement du comité exécutif enclenchée

Dans le cadre des matches de la 2è journée des éliminatoires de la CAN Orange, Gabon 2017, toutes les conditions étaient réunies pour permettre aux Ecureuils du Bénin d’arriver à bout des Aigles du Mali, leurs adversaires du jour. Quoique précédés par leur réputation, Adama Tamboura, Abdoulaye Diaby, Adama Traoré, Abdou Traoré, Bakary Sako et leurs coéquipiers étaient loin d’être un foudre de guerre. Ils sont parus largement à la portée des poulains du sélectionneur Oumar Tchomogo.

48 heures après la fin de cette explication qui avait valeur de contrôle du groupe C au sein duquel, ces deux sélections évoluent avec le Nzalang Nacional de la Guinée Equatoriale et le Bright Star du Soudan du Sud, les commentaires vont bon train. Pourquoi est-ce que Stéphane Sességnon et ses coéquipiers ont-ils laissé filer les trois précieux points de la victoire, alors que sur l’ensemble du match, aucun d’eux n’a véritablement pas démérité. Qu’il s’agisse de Rudy Gestede, Michael Poté, David Djigla, Salomon Junior, Jordan Adéoti, Khaled Adénon, David Kiki et de Stéphane Sességnon très volontaire, tous ont essayé de jouer leur partition, même s’il y a eu à l’arrivée ce match nul de un but partout.
Par ailleurs, menés (0-1) par les poulains d’Alain Giresse dans un contexte où, ils avaient la pression et surtout au cours d’une compétition ayant un enjeu aussi important, ce n’était pas évident qu’ils reviennent au score. De même, devrait-on s’attendre à mieux alors qu’il n’existe plus de fédération et de championnat de football sur le plan national, il y a déjà plusieurs mois. Autant se réjouir de cet effectif et de son entraîneur Oumar Tchomogo, qui en dehors peut-être de quelques erreurs d’appréciation, a une fois encore montré son savoir-faire. Pour leur permettre de mieux travailler, il s’agira seulement de leur faire confiance en mettant les moyens à leur disposition.
Tout compte fait, rien n’est encore joué au sein de ce groupe C. Chacune des quatre sélections en présence garde ses chances de qualification pour la phase finale de Gabon 2017, toujours intacte. Elles tiennent à un point dans le classement. Le suspens reste donc entier.
Dans la perspective de la 3è journée de ces éliminatoires prévue pour mars 2016, les Béninois ont donc intérêt à tirer les leçons de leur explication du dimanche dernier. En déplacement du côté du Soudan du Sud pour leur 3è match, ils n’auront pas droit à l’erreur et seront condamnés à la victoire.

LIRE AUSSI:  Fédération béninoise de Rugby: La course au renouvellement du comité exécutif enclenchée