Emeute hier au CEG1 de Bohicon: Des élèves exigent les journées culturelles de nuit

Par Valentin SOVIDE, AR/Zou-Collines,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Emeute hier au CEG1 de Bohicon: Des élèves exigent les journées culturelles de nuit


Mécontents de ce que l’administration de leur établissement se soit opposée à la tenue des journées culturelles au-delà de 20h, les élèves du collège de Bohicon ont manifesté dans la matinée d’hier lundi 11 mai. Ils ont mis le feu au portail du collège, lapidé des enseignants avant d’affronter des éléments des Forces de sécurité et de défense venus calmer la situation.

LIRE AUSSI:  Semaine du numérique au Bénin: Le gouvernement manifeste son attention aux start-up de Natitingou

C’est à une scène d’émeute qu’on a assisté dans la matinée d’hier lundi au CEG de Bohicon. Un mouvement de foule d’élèves affrontant des policiers et gendarmes, paralysant du coup la circulation sur la route Bohicon-Covè durant des heures. La grogne a commencé déjà la semaine écoulée avec la programmation des activités des journées culturelles pour jeudi, vendredi et samedi derniers, de 7h à 19h. Mais des élèves ont exigé que ce soit plutôt de 19h à l’aube pour leur permettre de bien « s’amuser ». Ainsi, malgré toutes les pressions, les responsables de l’établissement ont réussi à tenir les activités du jeudi au samedi dernier et dans le créneau prévu pour éviter des cas d’insécurité et de viol d’élèves filles comme ce fut le cas dans d’autres collèges.
Des élèves mécontents pour n’avoir pas réussi à obtenir un programme nocturne ont décidé, à l’issue des activités le samedi soir, de mettre le feu au portail de l’établissement et de s’en prendre au surveillant général à qui, ils ont tendu un piège, avant de le bastonner.
N’étant pas satisfaits de ce coup du samedi soir, ils sont revenus à la charge hier, lundi très tôt dans le collège, pour organiser la casse afin d’empêcher la tenue des devoirs surveillés qui étaient prévus pour 8 heures. Ils se sont mobilisés dans l’enceinte de l’établissement pour bloquer toutes les issues, empêchant systématiquement toute activité pédagogique de s’y dérouler. Pour atteindre leur objectif, ils ont opté pour l’ »Intifada », la guerre des pierres. C’est donc une pluie de pierres qui s’est mise à tomber sur tous ceux qui étaient dans l’enceinte du collège, tout autour et même sur les usagers de la route Bohicon-Covè à laquelle fait face ledit établissement. Les automobilistes, les motocyclistes et piétons sont pris au piège des élèves qui caillassent tout sur leur passage, n’hésitant même pas à faire un duel frontal avec les Forces de l’ordre. Dans la foulée, quelques meneurs du mouvement ont été pris mais libérés un peu plus tard pour favoriser le retour au calme.
Dépassés par la furie de leurs élèves et appuyés par les deux adjoints au maire de Bohicon, le directeur du collège, Hyacinthe Akiyo et le personnel enseignant se sont repliés à la salle des professeurs pour analyser la situation qu’ils jugent préoccupante. Pour le directeur, il y a de quoi s’interroger sur les réelles intentions de ces apprenants. Toutefois, il a, avec le corps enseignant, lancé un appel au calme pour que les choses rentrent dans l’ordre afin que les activités académiques reprennent.

LIRE AUSSI:  Semaine du numérique au Bénin: Le gouvernement manifeste son attention aux start-up de Natitingou