Emouvant retour à Cotonou des biens culturels

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Emouvant retour à Cotonou des biens culturels

Retour à Cotonou des biens culturels

Moment rêvé il y a peu, la restitution des 26 trésors royaux pillés à Abomey lors des razzias colonialistes est désormais une réalité. Mercredi 10 novembre, ils ont fait leur entrée en territoire béninois où ils ont été convoyés à la présidence de la République pour une cérémonie de réception et d’hommage.

LIRE AUSSI:  Lutte contre le Vih/Sida: Intensifier les actions au profit des femmes et des enfants

Le Bénin peut se vanter d’être le premier pays africain à rapatrier sur son territoire une partie de ses trésors culturels détenus par l’ex-colonisateur. Beaucoup n’y croyaient sans doute pas, mais le rêve est devenu réalité. Et les Béninois, notamment les familles royales ont tenu, ce mercredi 10 novembre, à être témoins de cet évènement qui change à jamais le cours de l’histoire du Bénin d’aujourd’hui, fusion d’anciens royaumes dont celui d’Abomey, point de départ de ses œuvres pillés dans les palais royaux.
Mercredi d’émotions à l’aéroport et à la présidence de la République à Cotonou, d’ambiance dans la ville de Cotonou et de ferveur dans tout le pays. La haie d’honneur de centaines de Béninois de tous âges et de toutes origines depuis l’aéroport de Cotonou jusqu’à l’entrée de la présidence de la République en dit long.
Entre impatience et fierté, satisfaction et dignité, les populations sorties massivement ont bravé le soleil pour voir passer les trois camions contenant les précieux biens royaux. Qu’il s’agisse des femmes des marchés, des étudiants, des descendants de rois, des familles royales, historiens, chercheurs, simples curieux, conducteurs de taxi-motos… chacun est venu apporter à la cérémonie une part bien précieuse.

LIRE AUSSI:  RB : De la légalité et de la légitimité  

Moment historique

Fondu dans la marée humaine qui s’est agglutinée non loin de la Place du souvenir « pour voir passer les camions contenant les œuvres », Morel Akouété, 29 ans, est venu de Ouidah pour la circonstance. Il n’entend pas se faire conter ce moment qu’il qualifie d’« historique » au Bénin. « Ces biens touchent notre fierté et notre égo en tant que citoyen de ce pays », soutient fièrement ce jeune employé d’une structure privée. « C’est une partie de notre histoire qui est de retour. Aujourd’hui, je suis animée d’une grande fierté. Les trésors sont chez eux et on a hâte d’avoir encore ceux qui restent », estime pour sa part, Houéfa Ahomagnon. Native d’Abomey, cette experte en communication digitale, qui n’a de cesse de revendiquer son appartenance à la lignée royale d’Abomey soutient qu’il est « temps qu’on raconte notre histoire avec des preuves à l’appui ». Elle estime surtout qu’il faut « apprendre à la génération future l’histoire de nos ancêtres ».
Pendant que chants, et tambours résonnent le long du trajet aéroport-présidence de la République, le cargo contenant les biens ne tardera pas à s’introduire dans le ciel béninois. Peu après 15 h heures, le Boeing 737 spécialement affrété par le gouvernement béninois s’immobilise sur le tarmac de l’aéroport de Cotonou à la grande satisfaction d’autorités et personnel de manutention, qui, quelques minutes, s’impa-tientaient. Les premiers colis contenant les œuvres se font visibles en présence du ministre des Affaires étrangères et de la Coopération, Aurélien Agbénonci et de son homologue en charge du Tourisme, Jean-Michel Abimbola. Les opérations de manutention durent un peu plus d’une heure sous le regard avisé d’experts commis à l’œuvre par le gouvernement.
Le temps pour ces deux membres du gouvernement de s’ouvrir sur le sujet. Le patron de la diplomatie béninoise soutient que c’est un moment important de notre histoire. « Il y a de l’émotion, le sentiment d’un travail bien accompli, le résultat d’un processus conduit avec tact, doigté, une diplomatie fine et une sensibilité à la chose culturelle », laisse entendre Aurélien Agbénonci avant de rendre hommage aux acteurs principaux de ce processus que sont Patrice Talon et Emmanuel Macron. « Il y a des instants qui changent le cours des choses dans l’histoire d’une nation et cet instant que nous vivons restera gravé parce que plus d’un siècle après la soustraction de ces biens, ils reviennent avec des symboliques très fortes », conclut-il.
Jean-Michel Abimbola, pour sa part, n’est pas étonné de l’engouement autour de ce patrimoine aujourd’hui commun à l’humanité. « Nous entrons aujourd’hui dans une nouvelle époque. Une nouvelle page de l’histoire de la coopération entre la France et le Bénin et le départ d’une politique patrimoniale et culturelle. Les œuvres sont ici aujourd’hui et c’est une renaissance culturelle pour le Bénin. Ce que nous vivons sans nous en rendre compte, ce sont des moments historiques »,
reconnait-il.

LIRE AUSSI:  Dialogue social au titre de l’année 2021 au Maec: Les préoccupations et suggestions examinées

Liesse populaire

L’ambiance était festive dans les rues de Cotonou, ce mercredi. Pour contenir la foule en liese, un important dispositif de sécurité a été déployé sur les artères qui ont été tous décorées d’affiches présentant le trône de Guézo ou les statues anthropomorphes des trois derniers rois. Cette ambiance va durer le temps pour la foule d’apercevoir la cavalerie royale qui escorte les trésors culturels en direction du palais de la Marina. Les animations gagnent en intensité. Des cris de joie se font entendre. L’émotion est vive. Allégeance est faite au trésors royaux. A l’entrée de la présidence de la République, princesses et princes sont venus aussi honorer d’une manière spéciale ces trésors.