En dépit des protestations de la CSTB :Le document consacrant la prime de dix mille francs aux enseignants signé

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur En dépit des protestations de la CSTB :Le document consacrant la prime de dix mille francs aux enseignants signé


L’attente n’aura pas duré longtemps. Certainement très préoccupé par le bon fonctionnement de l’école béninoise, les responsables des Confédérations syndicales, du moins certains, ont paraphé vendredi 27 mars dernier le document qui consacre le paiement des dix mille francs CFA de prime aux enseignants, en lieu et place des 25% jusque-là exigés.

«Ce qui nous inquiète, c’est que notre proposition pour que les 10 000 francs CFA soient convertis en indice et que cela représente un début d’application des 25% n’a pas été entendue. Nous estimons que si on ne peut pas prendre en compte cet aspect, c’est un piège et ma confédération n’est pas en mesure de signer ni de parapher ce document». Cette clarification, disons plutôt cette objection de Paul Essè Iko, secrétaire général de la Confédération des syndicats des travailleurs du Bénin (CSTB) est tombée comme une goutte d’eau dans la mer. Loin de changer la donne ou de faire changer la position de ses pairs syndicalistes ou même du gouvernement, ces propos ont plutôt été reçus par des railleries au niveau des autres syndicalistes. Pour eux en effet, il fallait comme convenu, prendre les dix mille francs CFA proposés par le gouvernement et les garder comme acquis, tout en poursuivant la lutte. Pour cette raison, estiment Pascal Todjinou, Dieudonné Lokossou, Noël Chadaré et autres, il n’y avait aucun mal à valider la proposition du gouvernement, surtout que, conformément à la demande des enseignants, cette prime de dix mille francs CFA sera prise en compte à partir du mois de janvier.
Passée cette clarification, les syndicalistes acquis à cette prime ont demandé au ministre d’Etat qui représentait le gouvernement avec son collègue en charge de l’Evaluation des politiques publiques et du dialogue social de leur faire signer le document la consécrant. Ce qui se fera séance tenante, avant que copie du document ne soit remis aux signataires. Sauf à préciser que ceux-ci se sont opposés entre temps à ce que les représentants du gouvernement laissent copie dudit document à la confédération non signataire. «Celui qui n’a pas signé ne doit pas avoir copie», ont-ils protesté, donnant ainsi l’occasion à Paul Essè Iko de leur répondre qu’il s’agit tout simplement de «la rançon de la trahison».
Face à ce mic mac syndical, le gouvernement est resté observateur et les rires du ministre d’Etat se faisaient entendre par moments.
A la fin de la séance, le ministre François Abiola qui, cette fois-ci, semble avoir fait une bonne affaire au nom du gouvernement, a soutenu que c’est un pas important qui venait ainsi d’être franchi et que le contact sera maintenu pour régler les autres problèmes en attente. Pour ce qui est du paiement de la prime ainsi validée désormais, il se fera dans les prochaines semaines sous forme de rappel et sera prise en compte, non pas à la date de signature, mais avec un effet retroactif à partir du mois de janvier.