En prélude aux législatives de 2023 : regain d’activités sur le paysage politique national

Par Arnaud DOUMANHOUN,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur En prélude aux législatives de 2023 : regain d’activités sur le paysage politique national

législatives

Les législatives de 2023 se révèlent comme le premier round de la bataille pour la succession de Patrice Talon. A n’en point douter, c’est l’antichambre de la présidentielle de 2026, qui peut dans un sens favoriser l’alternance au sommet de l’Etat, ou dans l’autre raffermir la ligne de gouvernance en cours depuis 2016, sous le régime du Nouveau départ. Bien que ces deux échéances, législatives de 2023 et présidentielle de 2026, se situent encore dans un avenir à dessiner, plusieurs faits augurent de ce que sera la compétition sur la scène politique. Le tout premier acte, les départs enregistrés par les formations politiques toutes tendances confondues au terme de la présidentielle de 2021. En second lieu, l’enrichissement du paysage politique avec la naissance de nouveaux partis, et le tout dernier élément, les jeux de fusion. C’est dans cette perspective que le Bloc républicain (Br) et l’Union démocratique pour un Bénin nouveau (Udbn) viennent d’opérer leur fusion. En réparation des démissions, le Br reçoit un nouveau souffle avec le ralliement de l’Udbn qui pour défaut de 10 % de suffrages au plan national, n’a pu décrocher des postes de conseillers lors des dernières communales. L’un dans l’autre, chacun s’en sort avec un intérêt certain.
En ce qui concerne le parti Forces cauris pour un Bénin émergent (Fcbe) dont des démissionnaires ont opté pour la création du parti La Nouvelle Alliance (LNA), les choses paraissent moins florissantes. L’avenir n’est pas rassurant quand on sait que ce parti a son ancrage dans les départements du nord où il contrôle quelques communes depuis les dernières élections communales.
L’Union progressiste (Up) que dirige le patriarche Bruno Amoussou maintient vaille que vaille son hégémonie sur la scène politique, mais souffre tout autant des défections. Parviendra-t-elles à décrocher la fusion avec le parti Mouvement des élite engagées pour l’émancipation du Bénin (Moele-Bénin) ? En tout cas, l’un des ténors de l’Up, l’ex-ministre Lazare Sèhouéto en a formulé le vœu dans un passé récent. Au regard des enjeux actuels, un accord entre les deux formations ne serait que du réalisme politique.

LIRE AUSSI:  Promotion du genre dans la gouvernance locale: Les recommandations du CES bientôt soumises à l’Exécutif et au Parlement