En visite sur le continent cette semaine : la vision de Erdogan pour l’Afrique

Par Fulbert Adjimehossou,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur En visite sur le continent cette semaine : la vision de Erdogan pour l’Afrique

Recep tayyip, Faure Gnassigbé, Roch Marc , George Weah

A deux mois du sommet Afrique-Turquie, le président turc a posé ses valises depuis le 17 octobre 2021 sur le continent. De l’Angola au Nigeria, Recep Tayyip Erdogan confesse sa foi en l’avenir de l’Afrique et promet « un partenariat gagnant-gagnant ».

LIRE AUSSI:  Gestion du Covid-19 par les forces armées et de police africaines: Les dimensions sécurité et insécurité humaines au scanner

Vis-à-vis de l’Afrique, sa foi est inébranlable : «le rôle du continent sera déterminant au 21e siècle ». Au nom de cette conviction, Recep Tayyip Erdogan a repris son bâton de pèlerin pour faire bouger les lignes avec l’Afrique, sur le principe, dit-il, d’un partenariat stratégique et gagnant-gagnant. « Nous ne sommes pas de ceux qui cherchent à poursuivre leur ancien ordre colonial par des nouvelles voies et méthodes. Nous souhaitons réussir et marcher ensemble avec nos frères et sœurs africains », a martelé le président turc, à l’aéroport d’Atatürk avant de commencer sa tournée qui l’a conduit en Angola, au Togo et au Nigeria. En effet, la Turquie travaille à être un partenaire stratégique de l’Afrique, avec son large réseau diplomatique. Depuis 2003, le volume des échanges entre la Turquie et l’Afrique a quintuplé, passant de 5 à 25 milliards de dollars. Les investissements turcs sur le continent ont aussi explosé. Quasi inexistants en 2003, les investissements montent maintenant à 6,5 milliards de dollars.
Ankara est présente sur le continent avec une quarantaine d’ambassades et accueille de plus en plus de représentations diplomatiques de pays africains. Sa politique ascendante est illustrée aussi par l’implantation de mosquées, le développement d’œuvres caritatives et ses écoles. « Les activités de nos institutions comme les écoles de la Fondation Maarif, les centres culturels Yunus Emre, le Croissant-Rouge turc, Ytb et Tika consolident nos ponts de cœur avec nos frères et sœurs africains »,
a-t-il précisé. Après l’Est et la Corne de l’Afrique, Recep Tayyip Erdogan jette son dévolu sur l’Afrique de l’Ouest, où il visite le Nigeria et le Togo, après l’Angola en Afrique australe. À travers sa tournée, Recep Tayyip Erdogan semble préparer le terrain pour deux grands rendez-vous. En effet, le 3e forum d’affaires Turquie-Afrique aura lieu les 21 et 22 octobre 2021 et réunira 54 pays. Ensuite, ce sera le 3e sommet de partenariat Turquie-Afrique les 17 et 18 décembre à Istanbul, avec une quarantaine de chefs d’État africains.

LIRE AUSSI:  Clôture de la Cimsa à Cotonou: Tous engagés pour le mariage Santé - Tic en Afrique

Des traits complémentaires

En Angola, le président turc a discuté des relations économiques et commerciales entre les deux pays. Il a surtout salué la volonté dont les autorités font preuve pour porter les relations turco-angolaises au niveau désiré, dans tous les domaines. Cependant, il a mis un accent sur le commerce et l’investissement. « Nous avons confirmé que la Turquie et l’Angola avaient des traits complémentaires et nous avons constaté que nous avions des opportunités de coopération dans de nombreux domaines. Je crois que les décisions que nous avons prises avec M. le président avanceront davantage l’amitié entre nos pays », a-t-il laissé entendre en Angola. De son côté, la Première Dame Emine Erdogan a participé à un événement organisé par l’Agence turque de coopération et de coordination (Tika) dans la capitale angolaise Luanda dans le cadre du projet de soutien au centre de formation professionnelle des femmes de Rangel. Pour elle, le développement n’est possible qu’avec la participation des femmes à la vie sociale et économique. Ce sera, dit-elle, les femmes qui forgeront l’avenir de l’Afrique. Après l’Angola, Recep Tayyip Erdogan a posé ses valises à Lomé. Ankara et Lomé ont passé en revue leur partenariat ainsi que les perspectives de coopération.
Au cœur des échanges, il y a la lutte contre les menaces sécuritaires en Afrique et la gestion de la pandémie du coronavirus. Plusieurs accords devraient être signés dans les secteurs du commerce, de l’agriculture, de l’industrie et de la défense. « Ces derniers temps, il y a eu un renforcement important de la coopération entre la Turquie et le Togo. Sur le plan économique, nous avions signé plusieurs accords. Nous sommes en train de diversifier les accords commerciaux avec certains de nos partenaires traditionnels et la venue du président turc doit permettre de faciliter les flux d’investissements de la Turquie vers le Togo », a souligné Robert Dussey, ministre togolais des Affaires étrangères. L’étape de Lomé a été marquée par la présence de deux autres chefs d’État d’Afrique. Il s’agit notamment de ceux du Libéria, George Weah, et du Burkina Faso, Roch Marc Christian Kaboré. Après Lomé, la dernière escale, tout aussi importante, est le Nigeria.