Enlèvement du chef de l’arrondissement central de Nikki : Les ravisseurs réclament une rançon de quinze millions de francs

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Enlèvement du chef de l’arrondissement central de Nikki : Les ravisseurs réclament une rançon de quinze millions de francs

Enlèvement du chef de l’arrondissement central de Nikki Les ravisseurs réclament une rançon de quinze millions de francs

Le dossier relatif à l’enlèvement du chef de l’arrondissement central de Nikki, Moussa Bah Séro Kèssè, dans la nuit du dimanche au lundi 17 janvier dernier à 2 heures à Sakabansi, vient de connaître un rebondissement. Ses ravisseurs viennent d’exiger le paiement d’une rançon pour sa libération.

LIRE AUSSI:  Passation de charges à la Fadesp/Uac : Léon Djossè remplace Roch Gnanhoui

Depuis hier, mardi 18 janvier, on en sait un peu plus sur les motivations des ravisseurs du chef d’arrondissement central de Nikki, Moussa Bah Séro Kèssè. Environ 24 heures après leur forfaiture, ils se sont enfin manifestés. Ainsi, du côté du village de Sakabansi, les informations ont beaucoup évolué.
En effet, selon certaines sources proches de sa famille, le chef d’arrondissement enlevé est toujours en vie. Cette assurance, les membres de sa famille l’ont eue grâce à ses ravisseurs qui lui ont permis d’entrer en contact avec eux. Ils réclameraient une rançon de quinze millions de francs Cfa, avant de le libérer. Elle devait, selon les informations, être versée hier, mardi 18 janvier, avant 15 heures.
Voilà donc une première réaction qui va redonner de l’espoir aux membres de sa famille et aux populations de l’arrondissement central de Nikki privés de sa présence. Même s’il n’est toujours pas possible de le repérer, il a pu les rassurer par rapport à son état de santé. Toujours est-il que, sur le terrain, la police républicaine poursuit ses enquêtes. Et dans le cadre de la coproduction de la sécurité, elle compte également sur la franche collaboration des populations.

LIRE AUSSI:  La Chronique de Oncle AGBAYA : GUY TU N’ES PLUS CANDIDE !