Enquêtes des accidents de la circulation: 1000 policiers renforcent leurs capacités

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Enquêtes des accidents de la circulation: 1000 policiers renforcent leurs capacités


Dans le cadre du projet «Promouvoir la prévention routière au Bénin, en particulier dans les départements de
l’Atlantique et du Littoral », Handicap international/Humanité & inclusion (Hi) renforce les capacités de mille fonctionnaires de police sur les enquêtes des accidents de la circulation et le remplissage du Bulletin d’analyse des accidents constatés (Baac). C’est à la faveur d’un atelier de formation lancé à la base de la Compagnie républicaine de sécurité (Crs) hier mardi 10 mars.

LIRE AUSSI:  Assistance des Béninois de l’extérieur aux plus pauvres : Des dons de vivres et équipements médicaux aux populations du Mono

Les fonctionnaires de Police suivent une formation sur les enquêtes des accidents de la circulation et le remplissage du Bulletin d’analyse des accidents constatés (Baac). Cette formation est initiée par Handicap international/Humanité & Inclusion (Hi) dans le cadre de son projet « Promouvoir la préservation routière au Bénin, en particulier dans les départements de l’Atlantique et du Littoral », financé par la Direction générale de la coopération au développement (Dgd). Elle se déroule en deux phases, selon Boni Yacoubou, chef de projet Sécurité routière à Handicap International, au profit de 1000 fonctionnaires de police dont 530 agents répartis sur cinq sites à savoir le 4e arrondissement de Cotonou, la base Crs de Zogbo, la mairie de Calavi, les maisons des jeunes et loisirs d’Allada et Ouidah pour la première phase. La seconde phase prendra en compte 470 agents au niveau des autres départements du Bénin.
A terme, la formation permettra de venir à bout des erreurs de remplissage, du défaut de remplissage par moments, du non-respect de la procédure de remontée des fiches, selon Boni Yacoubou, afin de permettre au Centre national de sécurité routière (Cnsr) de disposer de données fiables pouvant servir à développer des politiques de sécurité routière cohérentes. Mieux, elle va corriger les disparités observées d’une unité à une autre dans l’élaboration des procédures d’accident de la route et le remplissage du Bulletin d’analyse des accidents constatés et qui rendaient parfois inexploitables les données contenues dans ces fiches. Toutes choses mettant à mal l’élaboration des statistiques pouvant servir à développer des politiques de sécurité routière cohérentes, selon le commissaire divisionnaire de police, Abdoulaye Moro, directeur de la formation et des stages de la Police républicaine.
« La collecte et le traitement des données liées aux accidents de la route dont le Centre national de sécurité routière a la charge, reposent essentiellement sur les agents de la Police républicaine, notamment les Officiers de police judiciaire affectés à la constatation des accidents de la voie publique et l’établissement des procès-verbaux y relatifs », confie le chef de projet. Boni Yacoubou a fait constater par ailleurs que le Bulletin d’analyse des accidents constatés encore appelé fiche Baac est un précieux outil de collecte de données qualitatives et quantitatives sur les accidents de la circulation. A cet effet, son remplissage correct nécessite la maîtrise et la bonne compréhension des différentes parties qui la composent. C’est ce qui justifie, selon ses dires, la nécessité de renforcer les capacités et compétences des acteurs de la collecte et de l’analyse des données des accidents de la route, pour une meilleure collecte et gestion de ces données. Car, ces statistiques d’accidents de la route constituent un véritable outil d’aide à la décision dans le secteur de la sécurité routière.
Cette formation témoigne du renforcement des liens de collaboration entre Handicap international/Humanité & Inclusion (Hi) et la police républicaine et le Cnsr. Un partenariat fructueux, selon Aubin Adoukonou, directeur du Centre national de sécurité routière (Cnsr), qui se matérialise par la mise en œuvre de divers projets au profit de la Police républicaine. « Si la police assistée par Handicap international a décidé de lancer cette formation, c’est parce que nous avons accepté de nous donner la main. La police compte parmi nos partenaires et accompagne le Cnsr dans l’atteinte de ses objectifs », a indiqué Aubin Adoukonou

LIRE AUSSI:  Effondrement d’immeubles : De la nécessité d'arrêter le drame