Enseignements primaire et secondaire: L’usage des languesa locales encouragé

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Enseignements primaire et secondaire: L’usage des languesa locales encouragé

Vue des officiels

Plurilinguisme et enseignement au Bénin, sensibilisation des acteurs de l’éducation (Pebs) est une initiative portée par l’Ambassade de France au Bénin. Elle entend sensibiliser les acteurs du système éducatif à l’usage des langues nationales parlées aux côtés de la langue de travail qu’est le français. Le Pebs a été lancé, jeudi 29 juillet dernier, à l’Institut français du Bénin (Ifb) à Cotonou.

LIRE AUSSI:  Affaire Dangnivo: Trois jours pour établir la vérité judiciaire ?


L’usage d’une langue locale dans le système éducatif aux côtés de la langue officielle de travail, facilite à l’apprenant, la compréhension des matières qui lui sont enseignées. La maîtrise des langues locales dans les écoles, collèges et lycées est donc un facteur accélérateur de la réussite des apprenants. C’est fort de cela que l’Ambassade de France, en collaboration avec les autorités béninoises à divers niveaux, a initié le projet Plurilinguisme et enseignement au Bénin, sensibilisation des acteurs de l’éducation (Pebs). L’initiative ambitionne de « sensibiliser les acteurs de l’éducation à la complexité des situations sociolinguistiques en contexte plurilingue et encourage l’adoption d’une posture plurilingue, en capitalisant l’usage des langues des apprenants dans l’enseignement, le français demeurant celle officielle d’enseignement ». Ainsi, le Pebs se propose de sensibiliser les parties prenantes à l’usage d’environ 60 langues nationales, dont font usage au quotidien, enseignants et apprenants aux côtés du français comme langue d’enseignement. Il expérimente une approche participative multi acteurs en mobilisant des artistes pour la mise en œuvre d’activités culturelles nécessitant l’usage du français et des langues nationales. L’introduction de la littérature de jeunesse selon des modalités innovantes est aussi expérimentée.
L’initiative sera mise en œuvre dans sept départements sur une durée de deux ans pour plus de 210 millions F Cfa.

LIRE AUSSI:  Financement additionnel du Pada et du Ppaao: Consolider les acquis pour le développement agricole

Facteur d’éveil

Marc Vizy, ambassadeur de France, est convaincu que la diversité linguistique est un atout pour l’humanité contrairement au globish. « Qu’un enfant pratique deux, voire trois langues n’est pas un fardeau pour lui. C’est plutôt un facteur d’éveil pour peu qu’on pose un certain nombre de règles, et c’est d’ailleurs tout le sens de ce projet… », soutient le diplomate français. Il prône la sauvegarde des langues locales, « car elles peuvent disparaitre en une génération ».
Le Pebs est en cohérence avec l’objectif d’amélioration de la qualité de l’enseignement et des apprentissages au Bénin conformément au Plan sectoriel de l’éducation 2018-2030, en tenant compte du facteur inclusif et axé sur des mesures équitables et inclusives envers les publics vulnérables. L’initiative nécessite l’apport de la recherche universitaire. C’est pourquoi l’Université d’Abomey-Calavi et l’Ecole normale supérieure de Porto-Novo en sont parties prenantes. Leur représentant mesure l’importance du projet et souligne que les deux structures vont assurer leurs missions comme il se doit. Au nom des ministres des Enseignements secondaire et technique, et de la Culture, Arnaud Gbaguidi et Florent Couao-Zotti ont respectivement affirmé l’engagement des autorités béninoises à contribuer fortement à l’initiative.
« Le Pebs est une opportunité qui permet à chaque maillon de la grande chaîne que nous formons de pouvoir réfléchir sur comment faire en sorte que les langues que nous parlons puissent nous auto enrichir et puissent favoriser le développement de nos différents pays », apprécie le représentant du ministre de la Culture.
La cérémonie de lancement du Pebs a été agrémentée par des parties de poésie et de lecture plurilingue, animées par trois jeunes filles élèves. Ce qui a permis aux invités de constater, une fois de plus, toute la richesse et la portée du plurilinguisme.

LIRE AUSSI:  Perchoir/8e législature: Les prérogatives du président de l’Assemblée nationale