Enseignements secondaire, technique et formation professionnelle: Les chantiers qui attendent le ministre Kouaro Yves Chabi

Par Ariel GBAGUIDI,

  Rubrique(s): Education |   Commentaires: Commentaires fermés sur Enseignements secondaire, technique et formation professionnelle: Les chantiers qui attendent le ministre Kouaro Yves Chabi

OUARO-Yves-Chabi

Désormais aux commandes du ministère des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Kouaro Yves Chabi poursuivra, entre autres, deux grands chantiers hérités de son prédécesseur, Mahougnon Kakpo. Le premier est relatif à l’accomplissement de la vision du chef de l’Etat pour l’Etfp et le second a trait à la formation et la gestion des personnels enseignant et administratif.

LIRE AUSSI:  Pratiques enseignantes: Des acteurs de l’éducation réfléchissent à Porto-Novo

Les principales actions à poursuivre ou à mettre en œuvre par le nouveau ministre Kouaro Yves Chabi dans son sous-secteur, celui des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, sont de deux ordres. A en croire le secrétaire général du ministère, Coffi André Adanyossi, il s’agit d’actions au profit des lycées et collèges, et des enseignants de sorte à accomplir la vision du chef de l’Etat, Patrice Talon, pour l’Enseignement technique et la formation professionnelle. Ainsi, le ministre va poursuivre la mise en œuvre du projet de construction d’une centaine de lycées thématiques aux normes internationales dans toutes les communes du Bénin. Il va œuvrer pour la couverture intégrale de l’effet financier des mesures de gratuité de la scolarisation des filles au 1er cycle des lycées et collèges, la construction d’infrastructures scolaires dans les établissements de tous les départements, l’achèvement des chantiers de construction lancés sur le projet Soutien à l’Enseignement Secondaire (SenS) visant à construire et équiper 170 modules de 4 salles de classe et 340 blocs de latrines à quatre cabines dans 96 établissements de l’Enseignement secondaire général. Comme chantiers à poursuivre sur le terrain, il y a également la réforme relative à la vie scolaire (les équipes « Vie scolaire » et projets d’établissement), la mise en œuvre du plan décentralisation et déconcentration, la conception des matériels didactiques pour la formation à la carte avec un accent sur le socle commun de compétences, l’élaboration de lexiques spécialisés pour les différents corps de métiers en langues nationales.

LIRE AUSSI:  Traditions vaudoues et primauté du Fâ: Nécessité d’enseigner le Fâ à l’école et à l’université (Suite)
Autres défis

Il y a aussi la mise en place de bibliothèques numériques en langues nationales au profit des communautés villageoises et de tous les acteurs de l’alphabétisation et de la promotion des langues nationales, la mise en place des intrants didactiques dans le cadre du projet Arch formation, la préparation de la rentrée scolaire 2021-2022, la mise en œuvre du projet d’appui à la relance de l’Etfp, pour ne citer que ces actions.
Le second grand chantier qui se dresse devant Kouaro Yves Chabi est relatif à la formation et la gestion des personnels enseignant et administratif. En effet, le ministre va, entre autres, se pencher sur l’évaluation du rapport sur les aspirants au métier d’enseignant, le renforcement du dispositif de gestion des carrières des agents, l’élaboration du cadre organique et du plan de formation du personnel administratif du ministère, le renforcement qualitatif de l’encadrement des apprenants par la poursuite de la formation des enseignants et de nouveaux inspecteurs ainsi que le renforcement de l’inspection pédagogique déconcentrée, la formation des Ace 2008 n’ayant pas atteint le seuil minimal de compétences à l’évaluation diagnostique et le renforcement de la base de données des aspirants au métier d’enseignant.
Il s’agit certes de chantiers fastidieux mais pas impossible à concrétiser. En la matière, Kouaro Yves Chabi a déjà fait part de son engagement et sa détermination à concrétiser la vision du président Talon, qui est de promouvoir l’Etfp de sorte à inverser la courbe du chômage galopant des jeunes diplômés. Ce qui permettra de redonner au sous-secteur ses lettres de noblesse.