Entretien avec le maire Dramane Ouolou: « A Ouaké, la fuite des recettes était drastique »

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Entretien avec le maire Dramane Ouolou: « A Ouaké, la fuite des recettes était drastique »


Elu sur la liste Bloc républicain, Dramane Ouolou, 38 ans, est maire de Ouaké. Le natif de Sonatè, ex-chef d’arrondissement de Ouaké-Centre, nourrit de nobles ambitions pour cette commune du département de la Donga. Il entend s’attaquer, entre autres, à l’évasion de recettes afin de disposer des ressources financières nécessaires pour relever les défis.

LIRE AUSSI:  Françoise Sossou Agbaholou, coordonnatrice de Wildaf-Bénin: « Les femmes doivent avoir une vision et persévérer »

La Nation : Que retenir de votre parcours ?

Dramane Ouolou : Enseignant de profession, je suis professeur de français. Après un Diplôme d’études approfondies (Dea) en Lettres modernes en 2016 à l’Université d’Abomey-Calavi et d’un Certificat d’aptitude au professorat de l’enseignement du second degré (Capes) en Français en 2017, je prépare une thèse de doctorat en Lettres modernes.
Sur le plan politique, militant des premières heures de l’Alliance pour un Bénin triomphant (Abt), je suis membre fondateur du parti Bloc républicain (BR). Par le passé, j’ai milité au sein du Mouvement africain pour la démocratie et le progrès (Madep) et du G13. Au cours de la troisième mandature de la décentralisation, j’étais chef d’arrondissement de Ouaké-Centre.

Aujourd’hui à la tête de la commune, quelles sont vos priorités pour le développement ?

Nos ambitions sont grandes pour la commune. Nous pensons mettre l’accent sur la mobilisation des ressources afin de relever les défis. A Ouaké, la fuite des recettes est drastique et nous nous emploierons à faire en sorte que tout ce qui part dans la poche d’une frange rentre dans les caisses de la mairie. Pour ce faire, nous prévoyons créer rapidement un guichet unique, dématérialiser nos services et faire des contrôles réguliers et systématiques.
Nous pensons aussi à l’affermage du grand marché, pour une meilleure gestion. Nous avons foi que si c’est un privé qui prend ce marché, nous pourrons beaucoup plus le rentabiliser.

LIRE AUSSI:  Lions clubs international district 403 A4-Zone 19: Le nouveau président de zone connu

Du point de vue infrastructures, les attentes des populations sont grandes. Que comptez-vous faire ?

Nous entrevoyons au plan de la fourniture d’eau potable, faire tout pour que nos villages qui souffrent du manque de ce liquide vital puissent en avoir d’ici quelques années. Nous nous y attelons, avec le soutien du gouvernement et de nos partenaires. Nous sommes en pourparlers avec eux.
Nous envisageons moderniser le grand marché de Kassouala, pour faire de la plus-value et assez de recettes qui seront consacrées au développement de notre commune.
Sur le plan de l’hygiène, nous pensons construire des infrastructures communautaires, notamment dans les écoles primaires, les centres de santé.
Sur le plan de la santé communautaire, il sera question de soutenir nos populations, en appuyant les relais communautaires. Nous avons déjà pris des contacts avec des cadres de la commune qui ont été de grands médecins, pour appuyer tout ce que l’Etat central fait déjà dans la commune.

LIRE AUSSI:  Can 2019: Super Eagles, champions des médaillés de bronze

Ouaké étant une commune essentiellement agricole, que comptez-vous faire pour encourager les producteurs ?

Au niveau de l’agriculture, nous comptons soutenir les paysans de concert avec les structures étatiques et les projets de développement déjà installés dans la commune par les partenaires.

Et les routes ?

Nous allons également aménager les pistes rurales. La commune de Ouaké a connu le lotissement depuis des années, mais les voies ne sont pas ouvertes. C’est vrai que la santé financière de notre commune ne nous permet pas tout de suite d’ouvrir ces voies, mais avec la dynamique de recouvrement des recettes que nous voudrions mettre sur pied, nous pensons que d’ici quelques années, nous aurons les recettes nécessaires pour le faire.

Avez-vous un appel à lancer ?

Nous voudrions compter sur l’appui de l’Etat central pour que les communes pauvres comme la nôtre puissent bénéficier d’un appui particulier pour parvenir à la concrétisation de nos rêves. Je pense notamment à l’extension du réseau électrique dans le centre urbain et à l’électrification des villages qui ne le sont pas encore.