Etude du projet de loi de finances gestion 2020: Aurélie Adam Soulé et deux autres ministres devant le Parlement

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Etude du projet de loi de finances gestion 2020: Aurélie Adam Soulé et deux autres ministres devant le Parlement


Les députés membres de la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale ont reçu, ce mardi, à tour de rôle, le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo, la ministre de l’Economie numérique et de la Digitalisation, Aurélie Adam Soulé Zoumarou, et le ministre du Cadre de vie et du Développement durable, Didier José Tonato, dans le cadre de l’exercice annuel de présentation du projet de budget sectoriel au titre de 2020.

LIRE AUSSI:  Intoxication des enfants au plomb: L’Unicef et Pure Earth appellent à la vigilance

Le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle a défendu son budget sectoriel devant la Commission budgétaire du Parlement. Ce projet est d’un montant de 87 milliards 892 millions 981 mille FCfa contre 75 milliards 6 millions 732 mille Fcfa en 2019, soit un accroissement de plus de 17,18 %. Pour le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Kakpo Mahougnon, qui a planché devant les députés, ce mardi, cette hausse est due à l’augmentation de l’effectif des enseignants et aussi à l’évolution des enseignants dans les différents grades.
Le ministre évoque les autres programmes mis en place pour 2020, notamment le Programme de professionnalisation de l’enseignement et de la formation technique. La stratégie pour la professionnalisation et la relance de l’enseignement et de la formation technique sera également une priorité pour le ministère en 2020. Dans ce cadre, Mahougnon Kakpo rappelle l’ambition du gouvernement qui a décidé d’accorder désormais une grande importance à la formation professionnelle sans laquelle aucun pays ne peut se développer. Or, l’état des lieux de l’enseignement technique et de la formation professionnelle est désolant. Raison pour laquelle, informe-t-il, le gouvernement a décidé d’élaborer cette stratégie pour professionnaliser l’enseignement à travers l’implication du secteur privé et des professionnels dans la formation des apprenants. Un plan d’urgence qui s’étale sur 12 mois est prévu à cet effet. Tout ceci justifie l’accroissement des ressources allouées à mon ministère en 2020, détaille Mahougnon Kakpo. « J’ai été moi-même surpris de la réaction positive des députés. Ils ont été très positifs dans leur appréciation », se réjouit-il. Tout en saluant à leur juste valeur les réformes du gouvernement dans le secteur de l’éducation, les députés n’ont pas manqué de recommander notamment la sédentarisation des enseignants vacataires. Là-dessus, le ministre assure qu’une base de données existe non seulement pour professionnaliser davantage la profession enseignante mais également pour offrir aux populations une meilleure qualité d’aptitude pour enseigner avec le déploiement de plus de 12 mille aspirants dans les écoles.

LIRE AUSSI:  Fonctionnement des juridictions commerciales: Des innovations pour fiabiliser les données commerciales dans l’Ohada

5,1 milliards FCfa alloués aux projets numériques et à la digitalisation

Le budget du ministère de l’Economie numérique et de la Digitalisation s’élève à 5,1 milliards F Cfa en 2020. Cette allocation budgétaire va permettre de mettre en œuvre les projets du secteur du numérique et les chantiers de la digitalisation de l’administration béninoise. C’est l’essentiel à retenir du passage de la ministre de l’Economie numérique et de la Digitalisation, Aurélie Adam Soulé Zoumarou, qui a présenté les grandes lignes de ce projet de budget aux députés membres de la Commission budgétaire de l’Assemblée nationale. Ce budget, assure la ministre, va permettre d’adresser l’ensemble de la population à travers la généralisation de l’Internet à très haut débit. Mieux, il sera également question pour le ministère de poursuivre en 2020 l’implantation des sites sur l’ensemble du territoire national avec le secteur privé. Et ce, pour que la population puisse avoir accès à des services numériques de qualité, précise Aurélie Adam Soulé.
Il y a ensuite le projet relatif au portail national du service public, une plateforme visant à permettre aux citoyens béninois, quel que soit l’endroit où ils se trouvent, d’accéder aux services publics en ligne. Selon la ministre, ce projet va connaître toute son ampleur en 2020 notamment avec les étudiants qui seront adressés à travers l’interconnexion des sites universitaires. « Nous allons interconnecter 10 sites universitaires publics entre eux, ce qui représente 80 % de la population étudiante du Bénin et on va mettre à disposition des ressources pédagogiques », assure la ministre. Il est également prévu l’interconnexion de ce réseau au réseau central ouest-africain des centres de recherche qui est lui-même connecté au réseau mondial. Le ministère de l’Economie numérique et de la Digitalisation entend ainsi donner la possibilité aux étudiants d’être au cœur de la révolution numérique dans l’apprentissage qui est actuellement en cours. Les députés n’ont pas manqué de féliciter la ministre pour ses efforts dans le secteur du Numérique et de la Digitalisation. Ils sont revenus sur le point des salles multimédias dans les établissements scolaires. Ce projet des salles multimédias, selon la ministre, est très important pour le gouvernement. Il se concrétise à travers la mise à disposition des ressources numériques aux écoliers et élèves des établissements scolaires. « Aujourd’hui, avec les réformes majeures dans l’enseignement technique et professionnel, il est de plus en plus important que le numérique trouve son chemin vers les salles de classe pour les enseignants, pour les apprenants et pour la société en général », conclut Aurélie Adam Soulé Zoumarou.

LIRE AUSSI:  Editorial de Paul Amoussou: Aller piano