Evaluation diagnostique des enseignants: Les mises au point qui s’imposent (Pour la session de remplacement)

Par Admin3,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Evaluation diagnostique des enseignants: Les mises au point qui s’imposent (Pour la session de remplacement)

Evaluation

Les enseignants reversés en agents contractuels de l’Etat en 2008 qui n’ont pas pu prendre part à l’évaluation diagnostique pourront se rattraper lors de la phase de remplacement prévue à cet effet. Mais à condition qu’ils aient un acte valable qui justifie les raisons de leur absence.

LIRE AUSSI:  État du dialogue social au Bénin: Le Cnds publie son 3e rapport annuel

La plupart des enseignants reversés en agents contractuels de l’Etat en 2008 ont pris part à l’évaluation diagnostique, le samedi 24 août dernier. Les absents, pour diverses raisons d’indisponibilité justifiée pourraient prendre part à la session de remplacement.
Dans cette perspective, des mises au point s’imposent pour situer les uns et les autres sur les tenants et les aboutissants de cette session de remplacement. A en croire le ministre des Enseignements secondaire, technique et de la Formation professionnelle, Mahougnon Kakpo, seuls les détenteurs d’un acte valable pourront prendre part à la session de remplacement, prévue pour ceux qui sont tombés malades un peu avant la composition et pendant la composition. Ainsi, les enseignants qui se retrouvent dans ce cas doivent déjà prendre les dispositions nécessaires pour justifier leur absence, samedi dernier. «Par conséquent, ils doivent déposer leurs certificats médicaux à temps. Si cela ne parvient pas à temps, on ne prendra pas ça en compte et si cela ne respecte pas les règles de la déontologie en la matière, cela ne sera pas pris en compte non plus », a déclaré Mahougnon Kakpo selon qui chaque citoyen doit  comprendre que le temps n’est pas à l’amusement. Le ministre a été assez clair et l’on peut déjà envisager de probables mesures contre les enseignants qui, délibérément, ont choisi de boycotter l’évaluation, malgré les diverses garanties que le gouvernement leur a données à travers les ministres de l’Education. L’appel des confédérations et centrales syndicales n’est pas du reste au cours de cette période qu’on pourrait qualifier de sensible et déterminante dans la vie de l’école béninoise. La performance et la qualité doivent être de mise désormais dans le secteur et c’est à juste titre que le gouvernement a envisagé l’évaluation des enseignants dans le but de renforcer leurs capacités?

LIRE AUSSI:  Suite aux ‘’évènements’’ post électoraux: Quel sort pour Boni Yayi ?