Evaluation du Pta du Mpmepe au 3e trimestre : un taux d’exécution physique de 46,98 %

Par La Redaction,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Evaluation du Pta du Mpmepe au 3e trimestre : un taux d’exécution physique de 46,98 %

Modeste Kérékou

Le ministère des Petites et moyennes Entreprises et de la Promotion de l’emploi (Mpmepe) a organisé, ce mardi 09 novembre à Cotonou, un atelier sur la revue au 3e trimestre de son Plan de travail annuel. Il en ressort un taux d’exécution de 46,98 %

LIRE AUSSI:  Redéploiement à la Police républicaine: La direction départementale du Borgou impactée

Faire le point de la mise en œuvre du Plan de travail annuel (Pta) pour le compte du 3e trimestre. C’est l’objectif de l’atelier organisé ce 9 novembre par le ministère des Petites et moyennes Entreprises et de la Promotion de l’emploi. L’évaluation a analysé un taux d’exécution physique de 46,98 %.
Un exercice au cours duquel le ministère a évalué le niveau d’exécution des activités et également le niveau d’atteinte des indicateurs de suivi afin d’établir les écarts notés. « La révue permet sur cette base de faire une analyse approfondie desdits écarts puis de relever les difficultés rencontrées afin de prendre des résolutions pour son amélioration », a indiqué Toumoudagou Ouimpabo, directeur de la Programmation et de la Prospective. Cette revue répond à l’une des exigences de la réforme budgétaire qui précise une périodicité trimestrielle pour rendre compte de l’exécution des activités préalablement inscrites au Plan de travail annuel. « Il est donc de notre devoir de marquer à chaque trimestre une pause pour analyser tous ensemble les performances réalisées par rapport aux objectifs qu’on s’est fixés pour mieux accomplir la mission qui nous est assignée à la satisfaction de nos usagers-clients », a souligné Modeste Kérékou, ministre des Petites et moyennes Entreprises et de la Promotion de l’Emploi.
Par ailleurs, Modeste Kérékou a noté que la persistance de la Covid-19 continue d’avoir des impacts négatifs sur la mise en œuvre et l’exécution des activités de son département ministériel. Ainsi, le bilan fait à la fin du mois de septembre 2021 a révélé les résultats suivants : taux d’exécution physique 46,98 % ; taux d’exécution financière, base engagement 48,42 %, base ordonnancement 38,32 % contre respectivement 44,91 %, 72,24 % et 69,50 % pour la période sous revue en 2020. Il en ressort donc une légère amélioration sur le plan physique et une contre-performance sur le plan financier par rapport au troisième trimestre de l’année 2020. Il a exhorté ses collaborateurs à repenser et à améliorer leurs approches et modèles d’intervention et à concevoir des stratégies nouvelles pour mieux accomplir la mission à eux assignée au profit de leurs cibles. « Les défis que nous devons relever collectivement et individuellement sont relatifs à la bonne planification et exécution des activités pour le reste de 2021 et en 2022 sur la base de notre plan stratégique, l’amélioration constante de la qualité de nos interventions en leur assurant une bonne visibilité, toutes choses qui, in fine, permettront de classer notre ministère parmi les plus performants », a-t-il conclu.

LIRE AUSSI:  Maurice Gbèmènou, directeur exécutif du Réseau des Ongs pour les Objectifs de développement durable: « C’est l’occasion de faire le bilan des Odd »

Par Mathilde ASSOGBA (Stag.)