Evaluation genre de la riposte au Vih/Sida: Une boussole pour les actions futures

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Santé |   Commentaires: Commentaires fermés sur Evaluation genre de la riposte au Vih/Sida: Une boussole pour les actions futures

Présidium à l'ouverture

Le ministère des Affaires sociales et de la Microfinance et ses partenaires engagés dans la lutte contre le Vih ont procédé, jeudi 22 juillet, à la validation de « l’évaluation basée sur le genre de la riposte nationale au Vih/Sida au Bénin suivie de plaidoyer ». Fruit d’une revue documentaire fouillée et renseignée sur l’état de l’épidémie selon une approche basée sur le genre, ce rapport est un canevas pour les perspectives.

LIRE AUSSI:  Lutte contre les hépatites virales: De fortes initiatives pour l’élimination du mal à l’horizon 2030

Le Bénin aborde la riposte nationale au Vih dans une perspective de genre. Le rapport d’évaluation orientée dans ce sens et soumis à l’appréciation des acteurs analyse les différents facteurs susceptibles d’entraver les objectifs d’élimination du Sida.
« Il s’agit de décrypter et de comprendre en quels termes, les normes perpétuées par la société, la culture et/ou les pratiques religieuses contribuent aux disparités dans le fardeau des problèmes sanitaires», explique Natacha Kpochan, directrice de cabinet du ministère des Affaires sociales et de la Microfinance.
La validation de l’évaluation basée sur le genre de la riposte nationale au Vih/Sida au Bénin suivie de plaidoyer marque l’épilogue d’un processus démarré depuis 2020.
« Elle permettra de présenter les évidences, les grandes conclusions et recommandations de l’étude. Leur mise en œuvre devrait rendre les interventions liées à la riposte au Vih plus transformatrices, équitables, fondées sur les droits et par conséquent plus efficaces », indique-t-elle.
Le présent exercice se justifie au regard de l’enjeu. « En dépit de la stabilisation de la prévalence du Vih au niveau national à 1,2 %, les statistiques désagrégées par sexe révèlent un taux de 1,3 % chez la femme contre 0,8 % chez l’homme », relève Natacha Kpochan.
Un tel constat exige une reconsidération de la riposte nationale à la pandémie Vih en vue de la rendre plus efficace. L’Onusida ne perd pas de vue ces défis. Sa nouvelle stratégie 2021-2026, intitulée «Mettre fin aux inégalités, mettre fin au Sida », vise entre autres à réduire de 10 % les inégalités de genre et de violences basées sur le genre chez les femmes, les personnes vivant avec le Vih et les populations clés.
« Cela implique de passer par une bonne compréhension des rapports de sexospécificité qui alimentent la stigmatisation, la discrimination et la criminalisation du Vih et qui compromettent les capacités des populations à se prémunir contre l’infection, aggravant ainsi l’impact de la pandémie », développe Marie-Margarète Molnar, directrice pays de l’Onusida.
Elle relève que la tendance à la féminisation du Vih ne distingue pas d’âge : « Pour une prévalence moyenne du Vih autour de 1 % dans la population générale, on note une nette prédominance chez les femmes par rapport aux hommes. 60 % de toutes les nouvelles infections à Vih en 2020 sont du fait des filles ou des femmes ».
La validation du présent rapport entre en ligne de compte de la mise en œuvre de l’Odd3. «Fort de son engagement pour la réalisation de l’Odd 3 relatif à la bonne santé et au bien-être, le Bénin s’efforce d’améliorer sa stratégie de lutte contre le Sida en relevant les multiples défis que suscite l’épidémie dans un contexte caractérisé par une tendance à la féminisation de l’infection au Vih », note Marie-Margarète Molnar.
Cet élan répond également à la réalisation du pilier 3 du Programme d’action du gouvernement qui met l’accent sur l’amélioration des conditions de vie des populations à travers le renforcement des services sociaux de base et de protection sociale. Le plan d’action assorti de cette validation permettra d’identifier les entraves à la réalisation des objectifs de lutte. Cela passe par l’engagement des acteurs à divers niveaux.

LIRE AUSSI:  Lutte contre les hépatites virales: De fortes initiatives pour l’élimination du mal à l’horizon 2030