Examen du BEPC: Absentéisme notable dans le Mono-Couffo

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Education |   Commentaires: Commentaires fermés sur Examen du BEPC: Absentéisme notable dans le Mono-Couffo


Les candidats au Brevet d’études du premier cycle (BEPC) session de juin 2015 des départements du Mono et du Couffo ont démarré hier lundi 8 juin les compositions. Si dans presque tous les 43 centres d’examen, la composition a été lancée à l’heure, l’absentéisme reste néanmoins à déplorer.

LIRE AUSSI:  Introduction de la langue maternelle dans l’enseignement: L’importance relevée, le Bénin dans l’expectative

Dès 8h30 mn hier lundi 8 juin, les compositions du BEPC ont effectivement démarré dans le Mono-Couffo. par l’épreuve de Communication écrite. C’était par exemple le cas au centre d’examen du CEG II de Lokossa. A ce niveau, 16 salles ont été ouvertes pour les 556 candidats inscrits. Mais suite au contrôle de présence, 17 candidats sont déclarés absents. Un peu plus loin au centre du CEGI, l’absentéisme a été enregistré dans la même proportion. Il s’étendra même au personnel d’encadrement plus précisément aux surveillants avec au CEGII, une absence aussitôt suppléée par un autre enseignant, à en croire Edith Jocelyne Amoussou, chef dudit centre d’examen.

Selon cette dernière aucune autre difficulté n’entrave à son niveau le déroulement de l’examen. Même avis du côté de Maxime Zokpè représentant, au Centre d’examen CEG II de Lokossa, le directeur départemental de l’Enseignement secondaire et de la Formation technique et professionnelle du Mono-Couffo.
Rassurant sur les dispositions prises pour pallier d’éventuelles difficultés, il n’a pas manqué d’attirer l’attention sur la présence d’un agent de santé à solliciter en cas d’ennui. Et celle-ci n’a pas chômé. Une heure après le lancement de la première épreuve, une candidate en début de grossesse l’a sollicitée pour cause de malaise.
A l’instar de ce centre d’examen, le démarrage à temps est presque la règle sur l’ensemble du Mono-Couffo. C’est du moins ce qui ressort des échos venus de la plupart de ces centres comme le cas du centre de Kokohoué dans la commune de Djakotomey où la composition de la matinée a d’ailleurs pris fin à 13 heures. Cependant la commune de Comé s’illustre particulièrement par le fort taux d’absents enregistré notamment au niveau du centre d’examen du CEG 1 où 29 absents ont été relevés sur 587 inscrits.
De façon générale, au plan départemental, les candidats sont au nombre de 20 438 dont 10 247 pour le Mono et pour le Couffo 10 191candidats. Ceux-ci sont répartis dans 43 centres d’examen, à savoir 21 pour le Couffo contre 22 centres dans le Mono qui a eu l’honneur d’abriter la cérémonie officielle de lancement des examens au centre d’Agoué, l’un des deux nouveaux centres créés. Dans le rang de ses 261candidats inscrits, 9 étaient absents.
Rappelons que la cérémonie de lancement a été présidée par le préfet Corentin Kohoué entouré de quelques membres de la Conférence administrative départementale.

LIRE AUSSI:  Suspension de la grève par des centrales syndicales: Vacataires en classe, titulaires absents à Bohicon !

Boycott et blocage évités de justesse

Le déroulement, du moins le démarrage de la session de juin du BEPC 2015 était donné pour un échec dans le Mono-Couffo jusqu’au dimanche 7 juin dernier. En effet, des Organisations syndicales du secteur de l’enseignement des départements ont proféré, et ce à travers une conférence publique animée samedi 6 juin dernier, des menaces de boycott et de blocage de la correction de l’examen du BEPC.
Les syndicalistes entendaient ainsi en découdre avec les responsables de la direction départementale de l’Enseignement secondaire et de la Formation technique et professionnelle du Mono-Couffo. Ils leur reprochent, entre autres, d’avoir favorisé des cas dits de double emploi puis recruté des profils non indiqués dans le rang des surveillants et des correcteurs.
A la suite de cette sortie des syndicats, le directeur départemental, Comlan Coovi Sessi a dû convoquer une séance de travail avec les délégués des syndicats au cours de laquelle la liste des surveillants et celle des correcteurs ont été passées au peigne fin. C’est une séance qui a eu lieu tard dans la soirée du dimanche 7 juin dernier et qui a permis aux deux parties d’enterrer la hache de guerre.

LIRE AUSSI:  Introduction de la langue maternelle dans l’enseignement: L’importance relevée, le Bénin dans l’expectative