Examens de fin d’année : 211 051 candidats à l’assaut du CEP 2015 dès mardi prochain

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Examens de fin d’année : 211 051 candidats à l’assaut du CEP 2015 dès mardi prochain


Le Certificat d’études primaires (CEP), session de 2015, démarre le mardi 2 juin prochain sur toute l’étendue du territoire national. Ils sont au total 211 051 candidats à prendre part à cet examen ; un chiffre en régression par rapport à 2014. Le candidat le plus jeune est âgé de 9 ans et le plus vieux a 46 ans. C’est la ville de Bohicon qui a été retenue pour abriter le lancement officiel des épreuves.

LIRE AUSSI:  Comptes prévisionnels pour la campagne électorale: L’autre difficulté qui attend les candidats aux législatives du 28 avril

Ça redémarre avec le cycle des examens de fin d’année. Comme à l’accoutumée, c’est le Certificat d’études primaires qui ouvre le bal. La tradition est encore respectée cette année 2015.
En effet, dès mardi 2 juin prochain, les candidats à l’assaut du CEP 2015 plancheront sur toute l’étendue du territoire national. Ils sont au total 211 051 apprenants dont 87 041 filles à prendre part à cet examen scolaire qui ouvre la porte du cursus secondaire. Le département de l’Atlantique/Littoral vient en tête avec un effectif de 54 309 candidats. La lanterne rouge est tenue par l’Atacora/Donga avec 22 177. Les 211 051 candidats sont répartis dans 679 centres d’examen.
Selon le chef du Service des Tests, Examens et Concours du ministère des Enseignants maternel et primaire (MEMP), Ibouraïma Chouty, le lancement officiel des épreuves aura lieu au plan national à Bohicon dans le département du Zou ; précisément au centre d’examen du complexe scolaire d’Agbangon. Ce lancement sera présidé par le ministre des Enseignements maternel et primaire, Eric N’Dah en personne.
Comparant les statistiques de cette année par rapport à ceux de 2014, Ibouraïma Chouty note une régression de 2,32%. L’effectif des candidats était de 216 065 en 2014. Pour lui, cette baisse s’explique par trois facteurs.

LIRE AUSSI:  Comptes prévisionnels pour la campagne électorale: L’autre difficulté qui attend les candidats aux législatives du 28 avril

Appliquer la loi

Primo, le ministère a décidé d’appliquer la loi sur l’éducation qui n’autorise que les écoliers du niveau des Cours moyens deuxième année (CMII) à aller à l’assaut du CEP. Les candidats de CMI ou autres niveaux inférieurs que certains établissements présentent comme candidats libres ou officiels et qui grossissent les rangs ont été interdits en respect de la loi. Le réseau qui entretient cette filière a été démantelé l’année dernière ; et les écoles épinglées sanctionnées avec la dernière rigueur, informe le C/STEC-MEMP. Ce qui fait que cette année aucune école n’a voulu prendre le risque de se lancer encore dans ce jeu frauduleux de présentation au CEP de candidats de niveau inférieur au CMII.
La seconde raison qui explique cette chute est toujours liée à l’application de la loi sur l’éducation. Cette loi exige que les enfants commencent le Cours d’initiation (CI) après la Maternelle, à partir de 5 ans et qu’ils soient présents au CEP à partir de 9 ans. Cette loi est d’application stricte depuis l’année dernière, poursuit Ibouraïma Chouty. Dès lors, tous les enfants âgés de moins de 9 ans ont été recalés et sortis de l’effectif des candidats du CEP 2015.
Le troisième facteur, analyse-t-il, est qu’il y avait toute une circonscription scolaire dans le département de l’Atlantique qui présente au CEP jusqu’à l’année dernière, tous les enfants de niveau CMI au même titre que ceux du CMII. Pas question cette année. Autant de situations qui ne faisaient que grossir l’effectif des candidats au CEP, note le C/STEC-MEMP avant de conclure que les 211 051 sont le visage réel des candidats en règle vis-à-vis de la loi.
Signalons que les épreuves écrites se déroulent les mardi 2 et mercredi 3 juin prochains. Et les épreuves sportives ont lieu les jeudi 4 et vendredi 5 juin prochains.

LIRE AUSSI:  Assemblée nationale : Les cinq accords de prêt du gouvernement toujours en souffrance