Exécution du budget 2021: Hausse des recettes de 17,8 % au 30 juin

Par Claude Urbain PLAGBETO,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Exécution du budget 2021: Hausse des recettes de 17,8 % au 30 juin


Au premier semestre 2021, les recettes publiques se sont accrues, atteignant 50,2 % de la prévision annuelle. Ce résultat témoigne de la résilience de l’économie nationale face aux effets pervers de la pandémie de Covid-19.

LIRE AUSSI:  Edition 2021 de la Gaani à Nikki : Les manifestations réduites aux simples rituels

Les recettes budgétaires brutes s’établissent à fin juin 2021 à 677,84 millions F Cfa sur une prévision annuelle de 1349,914 milliards F Cfa, soit un taux de recouvrement de 50,2 %, aux termes du dernier Rapport d’exécution du budget de l’Etat (Rapex) publié fin septembre. Par rapport à la même période en 2020, elles connaissent une augmentation de 102,432 milliards F Cfa, correspondant à une hausse de 17,8 %, malgré le contexte de la crise économique induite par la pandémie de Covid-19 qui ralentit les activités économiques.
Ce niveau de mobilisation des recettes montre que les réformes engagées au niveau des services de collecte des revenus de l’Etat que sont la Douane, le Trésor et les Impôts portent beaucoup de fruits, souligne le document de la direction générale du Budget (Dgb). Ainsi, les recettes publiques renouent avec la tendance haussière enregistrée depuis 2017 avant la crise survenue en 2020.
Au nombre des facteurs justifiant cette performance, la Dgb indique l’efficacité des dispositifs de modernisation du système de collecte des revenus, la qualité du management au niveau des administrations financières et la stabilité du cadre macroéconomique qui renforce de plus en plus la résilience de l’économie nationale. Pour rappel, le gouvernement a initié, entre autres actions depuis 2016, la simplification des procédures de paiement d’impôts et taxes, l’expérimentation de sa facturation électronique demandée aux entreprises et la lutte contre l’évasion fiscale.
Quant aux dépenses budgétaires, elles sont de l’ordre de 920,04 milliards F Cfa à fin juin sur la base des engagements, soit une hausse de 150,259 milliards F Cfa par rapport au montant consommé à la même période en 2020. Cela correspond à un taux de 51,7 % des prévisions annuelles chiffrées à 1780,229 milliards F Cfa. En termes d’ordonnancement, elles ont atteint le niveau de 836,14 milliards F Cfa représentant 47 % des prévisions annuelles de 1780,23 milliards F Cfa, et 90,8 % des dépenses engagées.

LIRE AUSSI:  Fête des religions endogènes: Appel à la concorde et à la tolérance à Natitingou

Investissements consolidés

Le solde budgétaire global d’exécution pour le premier semestre ressort déficitaire à 158,3 milliards F Cfa, en hausse par rapport à son niveau de fin juin 2020 où le déficit était de 124,987 milliards F Cfa. La tendance « peu dégradée » enregistrée est la résultante des investissements réalisés en vue de l’achèvement de certains projets du Programme d’action du gouvernement (Pag 2016-2021), selon le rapport de la Dgb. « Elle va s’atténuer dans la deuxième moitié de l’année pour garantir un niveau soutenable de l’exécution budgétaire en fin de gestion », précise le document.
Chiffrées à 351 milliards F Cfa, les dépenses d’investissement représentent 38,2 % et sont consacrées à la construction de routes et de pistes rurales, l’aménagement du cadre de vie, la construction/réhabilitation de salles de classes, des hôpitaux et centres de santé pour les rapprocher des populations. A cela s’ajoutent l’encadrement des agriculteurs et des éleveurs pour accroître leur rendement, les travaux de construction de points d’eau, l’achat de machines pour la couverture en énergie électrique et à moindre coût.
Ces dépenses exécutées, affichent, base ordonnancement, une hausse de 81,077 milliards F Cfa. « Ce qui dénote de la bonne santé des finances publiques et de la qualité du pilotage budgétaire, notamment dans le sens du ciblage de la dépense en faveur de l’investissement », selon le Rapex.
Les salaires comptent pour 21,1 % et les transferts aux ménages ainsi qu’aux services autonomes pour 13,6 %, le paiement des pensions aux retraités pour 4,9 %. Les remboursements des prêts contractés par l’Etat font 275,8 milliards F Cfa au cours des six premiers mois de l’année, soit 41 % des charges de trésorerie prévues à 671,963 milliards F Cfa pour l’année 2021?

LIRE AUSSI:  Difficultés des sociétés d’Etat : Le Fonac dénonce «une mauvaise gestion» de Libercom