Exploitation de carrières de sable dans l’Ouémé : Plusieurs sites illégaux fermés et des arrestations opérées

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Exploitation de carrières de sable dans l’Ouémé : Plusieurs sites illégaux fermés et des arrestations opérées


Une descente inopinée sur le terrain de la Brigade mobile de contrôle (Bmc) des carrières d’exploitation des ressources minières au niveau du département de l’Ouémé par le préfet Marie Akpotrossou a conduit à la fermeture de cinq sites illégaux, à l’arraisonnement de plusieurs camions de sable et à l’interpellation de onze individus. L’opération s’est déroulée, jeudi 19 août dernier, à Adjohoun, Bonou, Sèmè-Podji et Porto-Novo.

LIRE AUSSI:  Conseil des ministres: 1 574 écoles dotées de cantines dès la rentrée prochaine

Sale temps pour les exploitants clandestins de carrières de sable et autres ressources minières dans le département de l’Ouémé. La Brigade mobile de contrôle (Bmc) des carrières d’exploitation des ressources minières livre désormais contre eux une guerre sans merci. Une descente sur le terrain, jeudi 19 août dernier, de cette équipe présidée par le préfet de l’Ouémé, Marie Akpotrossou et placée sous la tutelle du ministère en charge des Mines, a été fructueuse. La Bmc a découvert cinq sites d’exploitation clandestine et illégale de carrières de sable. Le constat a été fait au niveau des sites d’Akpo à Adjohoun, d’Atchabita et de Damè Wogon à Bonou ainsi que de Louho à Porto-Novo. La délégation préfectorale a constaté, outre la clandestinité des activités, plusieurs autres cas d’irrégularités qui créent des manques à gagner pour l’Etat et une concurrence déloyale aux exploitants régulièrement autorisés à opérer sur le terrain.
Face à la situation, la Bmc a procédé purement et simplement à la fermeture des cinq sites d’exploitation informelle. Plusieurs camions chargés de sable ont été arraisonnés après contrôle systématique de la fiabilité de leurs tickets, bons de chargement et autres pièces comptables. Onze individus présumés exploitants frauduleux de carrières ont été aussi interpellés et gardés à vue par la Police en attendant d’être déférés devant les autorités judiciaires. Cette moisson montre toute la pertinence de l’opération visant à décourager les exploitants indélicats conformément à l’arrêté 2021-n°10 – 058/Sg/Spat/Sa 001Sg21 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de la Brigade mobile de contrôle des carrières d’exploitation de ressources minières dont le sable, la latérite, le gravier roulé, les pierres et les substances précieuses dans le département de l’Ouémé.

LIRE AUSSI:  Création de la SGI du groupe de la BSIC: Renforcer les moyens des filiales pour une meilleure intégration

Missions de la Bmc

L’article 2 de cet arrêté préfectoral précise que la Bmc est une unité opérationnelle en appui à l’administration minière et aux maires en matière de lutte contre l’exploitation illégale des ressources minières dont le sable, la latérite, le gravier roulé, les pierres et les substances précieuses dans le département. Elle est par ailleurs chargée entre autres, de constater l’ouverture et l’exploitation illégale des carrières et d’identifier leurs auteurs en vue de faire appliquer les sanctions et peines prévues par la réglementation en vigueur. La brigade est chargée également de proposer des mesures coercitives pour décourager les exploitants illégaux, procéder au déguerpissement des exploitants clandestins et à la saisie de toutes substances des mines ou de carrières exploitées de manière illicite et d’élaborer et mettre en œuvre des stratégies de lutte efficaces contre l’exploitation illicite des ressources minières dont le sable, la latérite, le gravier roulé, les pierres et les substances précieuses. Aussi, la Bmc est également compétente pour contrôler les quantités ou volume de productions sorties des carrières sur la base de diverses sources de vérification, le contrôle de la régularité des bons de chargement délivrés par les exploitants et les mairies de chaque commune concernée.
Outre le préfet qui assure la présidence, la Bmc du département de l’Ouémé est composée de cinq autres membres dont le directeur départemental chargé des Mines ou son représentant; le directeur départemental de la Police républicaine ou son représentant ; le directeur départemental du Cadre de vie et du Développement durable ou son représentant et le chef du service des Affaires marchandes de la mairie représentant le maire de la commune où l’opération a eu lieu.

LIRE AUSSI:  Bénin : 2,575 tonnes de cocaïne saisies dans un magasin à Sèmè-Podji