Exploitation des ressources minières: Le Bénin valorise sa potentialité géologique

Par Alexis METON  A/R Atacora-Donga,

  Rubrique(s): Environnement |   Commentaires: Commentaires fermés sur Exploitation des ressources minières: Le Bénin valorise sa potentialité géologique


Le potentiel minier du Bénin s’accroît grâce aux nouvelles recherches engagées dans le secteur. En plus des ressources du sous-sol jusque-là connues dont l’or à Perma, le fer à Loumbou-Loumbou, le marbre à Idadjo, de nouvelles ressources du sous-sol renforcent le potentiel minier du Bénin.
Le Bénin dispose ainsi de monzosyénite à Bétérou, du quartzite à Kota, du granite à Gobada, Sinendé et Fita, … Le phosphate de Mékrou, le nickel latéritique découvert au sud de Tobré dans la région de Pehunco, le rutile s’étendant sur plus de 300 km entre Pira et Kérou, le zircon identifié avec deux indices à Ouarandji et à Sassouana dans la région de Ségbana dont les teneurs sont de l’ordre de 32 kg zircon par tonne de minerai. Enfin, le diamant découvert dans les alluvions du cours moyen de la rivière de Magou dans le secteur de Dassari au nord-ouest de Tanguiéta, le chrome, le lithium utilisé dans les batteries de portable ou d’ordinateur.
Toutefois, une gamme de recherches mérite d’être approfondie, selon Basile Adjo Kanon, directeur général des Mines, qui note par ailleurs que seuls les produits de carrières sont exploités réellement. Le gouvernement dans sa dynamique travaille à comment faire pour que ces ressources apportent une meilleure contribution au budget national, ajoute le directeur général des Mines. Pour lui, le gouvernement s’intéresse aux mines au point où il y a un département qui s’en charge.

LIRE AUSSI:  Exploitation de carrières de sable dans l’Ouémé : Plusieurs sites illégaux fermés et des arrestations opérées

Opportunités d’affaires dans le secteur minier

Il est donc évident que la vision du chef de l’État est de tout faire pour que le secteur minier puisse contribuer à la création de la richesse et par ricochet au développement du pays. Cela est favorable avec les potentiels miniers qui se découvrent de plus en plus. Plusieurs ressources naturelles sont disponibles dont la plupart sont en cours d’exploitation et d’autres sous-exploitées. En la matière, on retrouve les matériaux de construction qui constituent une des grandes caractéristiques du sous-sol béninois et sa richesse. Des gisements de calcaire sont évalués à plus de cent quarante millions de tonnes et se situent à Onigbolo, Massè et Bakpodji. Le marbre, une autre ressource naturelle se trouve à Idadjo avec environ 6 000 000 de tonnes, dans le Mono avec 6 500 000 m3 et le Couffo à hauteur de 150 000 m3. Ces gisements de marbre peuvent être exploités d’une manière rentable pour la fabrication de dalles, de chaux et de grains en vrac pour granito. En matière de gisement d’argile identifiée à Gbédji-Kotovi avec une quantité estimée à 5 000 000 tonnes, Massi avec 1 500 000 tonnes et à Zogbodomè avec 10 000 000 tonnes, leur exploitation, selon le directeur général des Mines, pour la production de briques cuites, de tuiles et carreaux est sérieusement encouragée. Les partenaires sont recherchés pour l’exploitation de l’argile béninoise, car le marché de consommation existe.
Le Bénin dispose également de kaolin dont la réserve existe à Kétou et à Adakplamè et peut être exploitée pour les poteries, les céramiques sanitaires, les carreaux, la production de ciment blanc. Les sables siliceux, les graviers et les pierres ornementales comptent parmi les matériaux de construction dont dispose le Bénin. Le premier matériau comporte une réserve d’une teneur de 98 % identifiée à Houéyogbé et à Sèmè pouvant servir à la production de verre coloré et de bouteille. Le deuxième est situé à Sè sur une superficie de 6 km². Quant au dernier, ses caractéristiques sont comparables à celles des pierres commercialisées sur le marché international telles que les granulites, les rhyolites, les granites, les monzonites…
Le Bénin dispose d’un sous-sol riche dont l’exploitation nécessite un partenariat fécond avec les investisseurs. Ces derniers sont attendus pour investir dans le secteur au regard des multiples avantages liés au climat des affaires aujourd’hui favorable grâce aux réformes engagées par le gouvernement de la Rupture. L’autre raison qui pourrait motiver les investisseurs, selon nos sources, c’est le Code minier qui offre des avantages ainsi que le Code des investissements qui garantit un large éventail d’exonérations fiscales et des droits d’entrée aux entreprises éligibles. Le potentiel minier du Bénin est un atout pour les entreprises qui désirent accompagner la vision de développement du gouvernement. Les différentes réformes du secteur des mines ont un fort impact, selon diverses sources. De 2015 à 2020, indique le directeur général des Mines, la production de granite concassé a doublé. Un fait qu’il lie à l’investissement massif dans le pays qui augmente la demande en matière de roche et le mécanisme de suivi qui a permis de mieux maîtriser les flux de production en termes de volume.

LIRE AUSSI:  Lutte contre les sachets non biodégradables: L’option responsable du gouvernement