Exposition à la Médiathèque des diasporas: Quand l’homme et la nature se parlent sur la toile

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Exposition à la Médiathèque des diasporas: Quand l’homme et la nature se parlent sur la toile


Une exposition d’œuvres d’arts dénommée «L’homme et la nature se déroule» a débuté depuis le samedi 19 septembre dernier à la Place des martyrs à Cotonou. Laquelle permet à plusieurs générations de plasticiens de se côtoyer à l’œuvre et de partager ainsi les expériences, tout en proposant au public, des œuvres hors du commun.

LIRE AUSSI:  Visite de l’exposition « Art du Bénin… » : Moele Bénin admiratif

Une soixantaine de tableaux ont été réalisés par les seize plasticiens ayant pris part à l’exposition «L’homme et la nature se déroule». Et comme si leur casting avait été fait à dessein, on y retrouve plusieurs générations d’artistes, plusieurs écoles et donc plusieurs styles de travail. Ce qui en rajoute à la diversité et à la richesse de cette exposition dont le vernissage, samedi dernier, a mobilisé autour des artistes et du commissaire de l’exposition, Jules Koukpodé, de nombreux acteurs culturels, des représentants du ministère en charge de la Culture et de certaines de ses structures sous tutelle comme le Fonds d’aide à la Culture qui, par ailleurs, a été d’un gros appui financier pour l’exposition.

Les œuvres qu’on y découvre rendent surtout compte de l’ingéniosité des plasticiens qui, via le thème soumis à eux, sont parvenus à faire parler l’homme à la nature, l’homme dans la nature sans oublier les messages de la nature elle-même à l’homme. Et ils l’ont fait en mettant en exergue tout leur génie. Ulrich Gbaguidi par exemple l’a fait savoir fait à travers à travers ses figurations et acrylique sur toile «Scène de pêche», «L’hypocrisie humaine»… Pur produit des nouvelles écoles d’art et titulaire d’un BAC en art plastique, Pierre Typamm Ayi qui prend part à cette exposition à travers des réalisations comme « La métaphore », « Le retour du puits », « Instinct maternel », « L’entente » illustre le bon mariage entre le collage de pigment, la peinture sur bois…
Cette exposition étant par ailleurs un rendez-vous de plusieurs écoles et donc du savoir, plusieurs grands noms des arts plastiques du Bénin y ont aussi pris part activement. On peut ainsi évoquer la présence aux côtés des plus jeunes artistes suscités, celle de certains de leurs aînés comme Innocent Bienvenu Monkoun alias «Bimo » qui laisse ses réalisations s’influencer par ses amours pour le dessin et la sérigraphie. Ainsi, il travaille à la fois sur la couleur et le matériau en s’écartant des couleurs froides ou sombres.
«L’équilibre», «Gnonnou», «Succession », «Silence», « Le bien», «Hitler Sese Seko», «Le code de vie», «Odjou koun Oba», «Pas de secret», «2è dieu», «La cérémonie de mariage», «Adon», «Agban», «Linge sale», «Vossissa», «Whèbiosso»,«AKM», «Atchina»,«Orischa», «Asin ou au-delà du corps», «Afodo»,«Akpagb», «Yèmanlblè», « Sounwhlévou », « Sèkpèyoli »… sont quelques-unes des titres portés par les réalisations faites par les artistes participants à cette exposition à savoir entre autres Kiffouly Youchaou, Thierry Bodo, Aglingo Ninon, Bénia Gracreign, Albert Oké, Franck Zannou, Gilles Atrokpo, Bertin Azagba, Carlos Balley, Laudamus…

LIRE AUSSI:  Accueil prochain des 26 œuvres culturelles à Ouidah : Le calme avant l’effervescence