Exposition d’œuvres d’art: Retour de Samuel Tété Katchan à Cotonou

Par LANATION,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Exposition d’œuvres d’art: Retour de Samuel Tété Katchan à Cotonou


Pour sa deuxième exposition, le peintre togolais Samuel Tété Katchan est resté égal à lui-même. Ces peintures aux couleurs vives ont accroché les amoureux d’arts plastiques qui ont effectué le déplacement, jeudi 17 novembre dernier, pour le vernissage de son exposition organisée par Maison rouge en collaboration avec Hbmc.

LIRE AUSSI:  Village du Marathon de Porto-Novo: Sept jours pour révéler la capitale du Bénin au monde

Samuel Tété Katchan en exposition à Cotonou pour la deuxième fois en trois ans. Le plasticien togolais résidant au Ghana, pour cette aventure qui s’étend du 17 au 27 novembre, a emmené 23 tableaux peints à l’acrylique sur toile.
Au vernissage des œuvres, jeudi dernier, ces peintures aux tons vifs ont accroché le public pour ne le relâcher qu’après l’avoir trainé dans les deux pièces qui abritent les œuvres. « Je crois que j’ai été envoûtée », confie une ingénieure canadienne, séjournant dans l’hôtel. « Je suis surtout fascinée par le mélange des couleurs », détaille l’ingénieure, arborant un large sourire. « Chaque couleur, même étant vive, a su se faire une place et se distinguer sur la toile », réagit une curatrice d’art. « C’est la première fois que je le vois. Il m’impressionne », assure-t-elle.
Les thèmes abordés à travers les œuvres sont moins commentés. En revanche, leur diversité intrigue les amateurs d’art qui s’interrogent sur l’identité de l’artiste. Samuel Tété Katchan reconnaît que ses peintures sont l’expression de ses croyances et valeurs. Les Vagonaises I et Les Vagonaises II témoignent de son attachement au christianisme.
« Je suis un chrétien. Mes œuvres sont donc imprégnées de ma foi chrétienne. Cependant, je suis dans un christianisme humanitaire, non pas dans un christianisme religieux », précise-t-il. Les tableaux Mohamed Ali, Boxer expriment sa perception du sport. « En Afrique, c’est la chose qui nous rassemble et qui nous donne de la joie. Même si les gens se battent, les politiciens sont divisés, mais autour du sport, nous sommes tous rassemblés », explique le plasticien togolais.
Dans les œuvres, deux personnages sont récurrents. Anne-Marie et Marie Michelle. Celles-ci figurent sur pas moins de huit tableaux. « Ce sont mes deux filles. Je les mets souvent dans mes peintures. C’est une façon de leur exprimer mon amour », confie Samuel Tété Katchan. « C’est aussi la famille, c’est un thème que j’apprécie énormément, car si vous voulez construire le monde, il faut commencer par la famille »,
affirme l’artiste.
Les variations géométriques des visages des personnages picturaux de Samuel Tété Katchan réfèrent au cubisme. Si l’artiste reconnaît une influence de ce mouvement artistique, il martèle ne s’inscrire dans aucun courant artistique particulier. « Je travaille un peu dans le réalisme naïf inspiré aussi par le cubisme. Mais je ne m’inscris pas dans un courant particulier, car les courants d’art sont temporels », estime-t-il.

LIRE AUSSI:  Théâtre avec la compagnie Agbo-N’Koko: Ousmane Alédji redonne vie à la reine Tassi Hangbé

Et de deux !

Samuel Tété Katchan est à sa deuxième exposition individuelle à Maison rouge. La première remonte à avril 2019. Le peintre togolais est heureux de son retour à Cotonou.
« J’ai déjà travaillé avec Maison rouge. Le Bénin est devenu ma maison. Je me sens très à l’aise à Cotonou », déclare le plasticien soulignant qu’il a beaucoup de collectionneurs dans le pays. Sa 2e réexposition au Bénin, selon Céline Coyac Atindehou, responsable de Maison rouge, découle de la volonté de mettre sous les projecteurs l’évolution de son travail. « C’est très différent au niveau du rendu. Il a choisi d’autres choses. Il a voulu travailler encore plus sur l’aspect religieux. Donc, ça nous semblait pertinent de le réexposer », détaille Céline Coyac Atindéhou qui fait savoir que la plupart des gens qui fréquentent le lieu d’exposition sont des expatriés. Des gens qui reviennent tous les 3 ou 4 ans, et sa structure veut « donc leur donner une chance de revoir le travail de l’artiste ou bien de le découvrir ».
À travers ces expositions d’œuvres, Maison rouge entend ouvrir des portes aux artistes qui sont au-delà du Bénin pour « qu’ils vendent au maximum et qu’ils soient vus par un nombre important de personnes ». Maison rouge et Hbmc garderont les portes de l’exposition ouvertes jusqu’au 27 novembre prochain.

LIRE AUSSI:  Deuxième édition des trophées Aske : Susciter la culture du leadership chez la femme africaine

Par Wedster LYVER (Stag.)