Faible exécution du programme scolaire: Le spectre d’une année scolaire bâclée

Par La Redaction,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Faible exécution du programme scolaire: Le spectre d’une année scolaire bâclée


Une illustration de programme scolaire

A quelques jours des congés d’avril, l’incertitude plane sur l’année scolaire 2017-2018. C’est dire que visiblement, les autorités doivent faire l’impossible, autrement, les peines des parents d’élèves seront vaines. A défaut, le calendrier scolaire devra connaître un réaménagement.

LIRE AUSSI:  Audience à la Cour constitutionnelle: Les Méthodistes expriment leur reconnaissance à Holo

L’année scolaire 2017-2018 pourrait être blanchie si la situation de crise dans les établissements n’est pas décantée. Certaines institutions de la République, notamment le Conseil économique et social et le médiateur de la République œuvrent à la résolution de la crise après l’échec des négociations entre le gouvernement et les centrales et confédérations syndicales. Face à la persistance de la grève, il advient que si jusqu’à la fin du mois d’avril 2018, la grève se poursuit, il serait presqu’impossible de sauver l’année scolaire. Elle prendra, à coup sûr, la couleur blanche comme en 1989. La raison est que le nombre de semaines de cours requis pour valider l’année scolaire ne serait pas atteint. « Quand on finit le mois d’avril et que la situation n’est pas décantée, l’année ne peut plus être sauvée », constate Akobodé Kiki, censeur du collège d’enseignement général Zogbo. 

Mais connaissant le génie béninois, comme l’a fait remarquer le directeur du Ceg Gbégamey, Nicolas Hountondji, les autorités feront tout pour sauver l’année. Le réaménagement du programme scolaire serait la solution ; soit l’année sera prolongée, soit le programme ne sera pas exécuté à 100 %. Cette situation amène toute personne soucieuse du niveau des apprenants à se poser des questions. Après trois mois de grève démarrée depuis le 16 janvier 2018 dans les établissements publics, le programme avait connu des chamboulements, les enseignants n’ont pas progressé outre mesure. Ce qui fait craindre déjà pour le niveau des enfants abandonnés à leur sort et qui déambulent dans les rues du fait de la grève, alors qu’ils sont censés être au cours.
Au regard de la suspension de la motion de grève par certains syndicalistes, il est certain que les autorités sauveront l’année afin de délivrer aussi bien les parents que les élèves. L’année scolaire sera alors doublement bâclée d’abord du fait de la grève puis de l’incapacité des enseignants à exécuter le programme dans son entièreté. Le niveau des élèves en prend un coup. Il faut souligner que jusque-là les résultats du premier semestre se font toujours désirer, avant qu’on ne pense aux premiers devoirs du second semestre prévus pour ce mois d’avril.

LIRE AUSSI:  Réformes dans le secteur des taxis-motos à Parakou: Le collectif des conducteurs crie son ras-le-bol