Fédération béninoise de lutte: Les journalistes outillés pour commenter les combats

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubrique(s): Sports |   Commentaires: Commentaires fermés sur Fédération béninoise de lutte: Les journalistes outillés pour commenter les combats


Le comité exécutif de la Fédération béninoise de Lutte (Fébé-Lutte) a organisé, lundi 16 décembre dernier, une formation au profit des journalistes sportifs à Cotonou. A l’occasion, les participants ont été encadrés par deux experts de l’Union des Fédérations francophones de Lutte (Uff), Christian Danga et Didier Sauvaire arrivés au Bénin en marge de la signature de partenariat entre l’Uff et la Fébé-Lutte.

LIRE AUSSI:  Tour cycliste international du Togo: Six coureurs portent l’étendard du Bénin


Aux côtés du directeur technique national de la Fédération béninoise de Lutte, Yacoubou Daoudou Affo, les deux experts de l’Union des Fédérations francophones de Lutte (Uff), Christian Danga et Didier Sauvaire, au Bénin en marge de la signature de partenariat entre l’Uff et la Fébé-Lutte, ont formé, lundi 16 décembre dernier à Cotonou, des journalistes sur les fondamentaux de la lutte olympique. Pour le directeur technique national, il est important que les hommes des médias maitrisent les différentes sortes de lutte afin de mieux réussir les commentaires lors des compétitions. Selon Christian Danga, la lutte africaine, qu’elle soit un sport collectif ou individuel, est différente de la lutte traditionnelle. « La lutte traditionnelle se déroule suivant l’âge et la génération tandis que la lutte africaine a un code spécifique», a-t-il confié. A l’en croire, la lutte sénégalaise est différente de la lutte gréco-romaine et de la lutte olympique. Elle a des règles spécifiques propres à ce pays. « C’est une lutte de rue basée sur des frappes », a-t-il ajouté. Pour Didier Sauvaire de l’Union des Fédérations francophones de lutte, la lutte est un sport universel praticable par tous. A l’en croire, les journalistes sportifs sont des acteurs essentiels de la chaîne de promotion de cette discipline sur le continent. C’est pourquoi, ils doivent maitriser l’infrastructure et les équipements pour mieux rendre compte d’un combat de lutte. C’est le lieu pour Christian Danga, expert Uff, de présenter le tapis de lutte constitué de la zone de combat, de la zone de passivité et de la surface de protection. Selon lui, un combat de lutte est officié par trois juges arbitres dont un chef tapis. « Le journaliste est tenu de présenter les lutteurs et les officiels ainsi que leurs palmarès avant chaque combat », a-t-il conseillé. Après les notions sur le mode d’attribution des points et les sanctions possibles lors d’un combat de lutte, il a invité les médias à accompagner ce sport au Bénin.
Trésorier général de la Fébé-Lutte, Nestor Adisso a profité de cette occasion pour présenter les grandes orientations de la Fédération béninoise de Lutte à l’assistance. Pour lui, la lutte est un sport d’avenir qui regorge de plusieurs valeurs dont le développement de la motricité, de la capacité décisionnelle, du contrôle de l’agressivité et de la personnalité.

LIRE AUSSI:  Maracaña au Bénin: De grandes décisions prises par la fédération