Festivités du panthéon vodoun: Prières et exhortations pour des communales apaisées dans l’Ouémé

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Festivités du panthéon vodoun: Prières et exhortations pour des communales apaisées dans l’Ouémé


Dans l’Ouémé, la 26e édition de la fête nationale des religions endogènes a été célébrée, vendredi 10 janvier, sur le site départemental à Malanhoui dans la commune d’Adjarra. C’était l’occasion pour les dignitaires et adeptes des cultes vodoun et les officiels de prier pour un bon déroulement des élections municipales et communales dans le département en mai prochain.

LIRE AUSSI:  Lutte contre la propagation du Covid-19: Report de toutes ses manifestations culturelles, artistiques et touristiques

Les élections municipales et communales de mai prochain n’ont pas été occultées dans le département de l’Ouémé, à l’occasion de la célébration de la 26e édition de la fête nationale des religions endogènes du Bénin. La préoccupation est revenue dans les intentions de prières. Les dignitaires et adeptes des religions endogènes ont prié pour que ces élections, les quatrièmes de l’ère de la décentralisation au Bénin, se déroulent sans anicroches. Le préfet de l’Ouémé, Joachim Apithy a invité les gardiens de la tradition à implorer les mânes de nos ancêtres pour que ces élections se passent dans la paix, dans la sérénité et dans une ambiance festive sur l’ensemble du territoire des neuf communes du département de l’Ouémé. L’autorité préfectorale se réjouit de la manière dont est célébrée la fête des religions endogènes depuis l’avènement du Nouveau départ en 2016. Joachim Apithy dit constater avec satisfaction que le 10 janvier n’est plus perçu comme une journée de rivalités entre adeptes de cultes vodoun mais plutôt comme celle de retrouvailles, de communion et de prières en faveur de la paix et du développement du Bénin. Il salue le regroupement au plan national des dignitaires de cultes endogènes. Ces genres d’initiatives vont permettre à ces dignitaires de taire leurs divergences et de regarder dans la même direction pour promouvoir les pratiques culturelles et cultuelles au Bénin et accompagner le président de la République, Patrice Talon. Il invite les uns et les autres à faire preuve d’ouverture pour faire bénéficier aux populations les bienfaits dont regorge le vodoun. Le maire de Porto-Novo félicite l’ancien président de la République,
Nicéphore Soglo, pour avoir retenu depuis 1992 cette célébration au rang des fêtes nationales. Car, selon lui, un peuple qui a oublié sa culture est voué indubitablement à la disparition. C’est d’ailleurs ce qu’a compris son conseil municipal en initiant depuis 2017 le Festival international de Porto-Novo (Fip) qui en est à sa quatrième édition cette année, insiste le maire Emmanuel Zossou. Une vision que salue aussi le maire d’Adjarra, Michel Honga. Le président de l’Association des dignitaires et adeptes des cultes traditionnels et endogènes de l’Ouémé, Bienvenu Agossou Assogba, a saisi l’occasion pour marteler que le vodoun est une religion comme toutes les autres et n’est pas une émanation diabolique comme le pensent certaines personnes. Il appelle ses pairs à l’union des cultes et au respect des règles strictes du vodoun afin de bénéficier de ses bienfaits. Il a sollicité l’appui du gouvernement pour la valorisation du site à travers la réalisation d’infrastructures pour plus d’attractions.
Le clou de la cérémonie a été la consultation publique, comme tous les ans d’ailleurs, de l’oracle pour voir sous quel signe est placée l’année 2020 dans le département de l’Ouémé. La consultation a révélé le signe « Toula Gansa», même signe que l’année dernière. Selon les prêtres du Fâ, ce signe recommande aux uns et aux autres le respect de leurs engagements et de la parole donnée. Les rituels et offrandes ont été faits sur place pour atténuer voire conjurer les aspects négatifs portés par ce signe. La cérémonie s’est achevée par des réjouissances populaires, ponctuée de défilés des différentes divinités présentes, toutes parées de leurs plus beaux accoutrements.

LIRE AUSSI:  Séries audiovisuelles: Les « Capitales africaines : Kutonu » sur A+ dès jeudi prochain