Festivités du panthéon vodoun: Sous le signe du développement du tourisme religieux

Par Christian HOUNONGBE,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Festivités du panthéon vodoun: Sous le signe du développement du tourisme religieux


Réunis autour de David Koffi Aza, président du Conseil national des cultes endogènes du Bénin (Conaceb), des chefs de cultes endogènes venus de tous les départements du pays, les adeptes du culte vodoun ont célébré, vendredi 10 janvier dernier, la fête nationale des religions endogènes à la place des Guin Vodoun et Mami Dan de Cotonou. En présence des autorités politico-administratives, les manifestations se sont déroulées sur fond de promotion du tourisme religieux par la valorisation des pratiques endogènes.

LIRE AUSSI:  Exposition «Etat d’esprit» à la Médiathèque des diasporas: Des œuvres engagées pour sensibiliser les jeunes


Organisées par le Conseil national des cultes endogènes du Bénin (Conaceb), les manifestations à Cotonou de la fête nationale du vodoun se sont déroulées, vendredi 10 janvier dernier à la place des Guin Vodoun et Mami Dan du Bénin à Cotonou. Des leaders religieux ainsi que les autorités politico-administratives ont passé cette journée dédiée à la célébration du vodoun, dans la liesse populaire, sous les chants et rites de différents couvents. Du «Thron» au « Kouvitô» en passant par «Vodoun dan », «Tolêgba »,
« Kokou », «Mami» et autres, toutes les divinités endogènes ont été mises en valeur.
Tchêtoula Adodo, coordonnateur du Conaceb Littoral, a rappelé l’intérêt de valoriser les pratiques endogènes au Bénin. Pour lui, à partir des réalités du vodoun, le Bénin peut assurer son développement sur les plans économique, culturel et touristique. «N’oubliez pas nos réalités endogènes, faites comme le président Patrice Talon en leur accordant une place de choix », a-t-il suggéré.
Pour David Koffi Aza, président du Conseil national des cultes endogènes du Bénin, le vodoun est un pan de la culture béninoise qui mérite d’être soutenue dans son ensemble. A l’en croire, nul ne peut se développer sans sa culture. Il a formulé des doléances à l’endroit des députés en vue de la prise d’une loi pour l’assainissement du milieu des religions endogènes.
A sa suite, l’honorable Sèdami Fagla Mèdégan a promis, au nom des députés, de jouer sa partition au Parlement, en vue de la prise de cette loi devant réglementer les religions endogènes. Elle invite ses collègues et tous les Béninois à prendre au sérieux cette journée dédiée aux religions endogènes.
Car, à l’instar des Chinois et des Indiens, les Béninois doivent eux aussi faire de leurs pratiques endogènes un moyen de conquête du monde.

LIRE AUSSI:  Fitheb 2016: 711 700 000 FCFA pour tenir un Fitheb innovant et ouvert à tous

Promouvoir les réalités vodoun

Isidore Gnonlonfoun, maire de la ville de Cotonou, pour sa part, est conscient du rôle des chefs des religions endogènes dans la promotion de la culture béninoise. Il a invité ses dignitaires à travailler à la valorisation des couvents et des pratiques y afférentes. «Vous devez en soustraire les mauvaises pratiques qui obscurcissent la religion vodoun», a-t-il déclaré. Il a rassuré le Conaceb du soutien de son conseil municipal pour la promotion des valeurs endogènes. Selon lui, le chef de l’Etat Patrice Talon a déjà joué sa partition en accordant une place de choix aux religions endogènes dans la Constitution de la République du Bénin. Le maire de Cotonou a invité les adeptes et les chefs des cultes endogènes à oeuvrer pour mériter davantage l’accompagnement de toutes les institutions du pays.
Représentant le ministre du Tourisme, de la Culture et des Arts, Eric Totah pense que c’est une question d’équité que de consacrer une journée aux religions endogènes. Selon lui, cette célébration constitue un rendez-vous incontournable de mobilisation non seulement des Béninois mais aussi de tous les descendants afro- américains des Caraïbes et du Pacifique. Fier de la diversité des valeurs endogènes, il a convié les Béninois à adopter et à promouvoir les pratiques endogènes. « Nous devons nous réjouir de célébrer les valeurs endogènes au lieu d’en rougir », a-t-il martelé.

LIRE AUSSI:  Idrissou Mora-Kpaï: Réalisateur de documentaires XXL

Ils ont dit…

Iya Alatchê Quirino Lanmandoucelo, chef de la divinité kouvitô
« C’est l’occasion d’implorer les esprits pour le bien du pays »
Je suis heureuse de voir la mobilisation de tous les membres du Conseil national des cultes endogènes (Conaceb) autour de cette fête. C’est l’occasion d’implorer les esprits pour le bien du pays. Je suis fonctionnaire retraitée mais j’ai adopté le vodoun. Il n’y a aucune honte à adopter le vodoun. Il s’agit de nos valeurs endogènes. J’invite toutes les femmes à faire comme moi en adoptant les réalités endogènes et en éduquant les enfants à les connaître n

Pipaul Adingni, chef quartier Fiyégnon Houta
« Je rends grâce aux mânes de nos ancêtres…. »
C’est une chance pour moi que ma localité ait été retenue pour cette célébration nationale. Je rends grâce aux mânes de nos ancêtres pour ce choix qui valorise nos divinités et nos pratiques endogènes. Cette fête nous permet de découvrir nos origines et une diversité de cultes en vogue chez nous. Je félicite les membres du Conaceb qui nous ont permis de vivre des moments intéressants de cette fête nationale n

LIRE AUSSI:  Succession au trône de Kaboua: Perpétuer la mémoire de Babaguidaï

Baba Odoukoya, chef de la collectivité Aguèmon de Cadjèhoun
« Le Vodoun nous sauve du mal… »
Nous sommes ici pour prier pour le pays. Le Bénin a besoin de la prière de ses enfants. Je pense que c’est le vodoun qui nous sauve du mal. Nous invitons toutes nos autorités à accompagner les religions endogènes. Je souhaite en cette année 2020, la paix à tout le peuple béninois et son président. Je demande au chef de l’État de nous aider à assainir le milieu des religions endogènes n

Dah Aho Ayiouwêgbègnon Sênou Tito
« Nous sommes inféodés à la nature et nous la respectons »
Nos fidèles sont mobilisés sur cette place pour prier pour la nation. Les gens ont compris que les endogènes sont les religions mères. Quand vous vous approchez de nous, vous comprendrez que nous sommes dans la lumière, nous sommes inféodés à la nature et nous la respectons n