Fête de Wémèxwé 2018: Les festivités officiellement lancées hier à Adjohoun

Par Thibaud C. NAGNONHOU, A/R Ouémé-Plateau,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Fête de Wémèxwé 2018: Les festivités officiellement lancées hier à Adjohoun


Les festivités officiellement lancées hier à Adjohoun

Les manifestations festives entrant dans le cadre de la neuvième édition de la fête de retrouvailles des filles et fils de la Vallée de l’Ouémé baptisée Wémèxwé ont démarré sur les chapeaux de roue, ce mercredi 21 février à Adjohoun.

LIRE AUSSI:  61e session du Conseil d’administration de l’Oapi à Cotonou : les experts se penchent sur les défis liés à l’invention

La neuvième édition de la fête Wémèxwé a démarré hier, après moult tergiversations. Le coup d’envoi des festivités a été officiellement donné, ce mercredi 21 février, sur le terrain de sport du Collège d’enseignement général d’Adjohoun, commune retenue pour abriter les manifestations cette année. La cérémonie officielle a démarré par un culte d’une église du christianisme céleste célébré par le chef suprême mondial, le révérend Benoît Bennett Adéogun.
A l’occasion, le maire d’Adjohoun, Léon Bokovè, a invité les uns et les autres à cesser de voir la politique à travers la fête. Il s’agit d’une manifestation annuelle qui vise à célébrer le patrimoine culturel de la Vallée de l’Ouémé regroupant les communes de Bonou, de Dangbo, des Aguégués et d’Adjohoun, fait observer l’autorité communale. Le coordonnateur général de l’association Wémèxwé abonda dans le même sens. Antoine Bonou appelle à l’unité des filles et fils de la région Wémè. Il faut qu’ils se tiennent par la main pour sortir les quatre communes de l’ornière. Le coordonnateur général remercie le gouvernement pour son soutien substantiel qui a favorisé la tenue des manifestations. Antoine Bonou dit rester ouvert pour accueillir tous les Wémènou inscrits dans la même direction que la coordination générale. Il tend ainsi la main à l’aile dissidente de cette association qui réclame à tue-tête le respect de l’autorité de l’ordonnance n°002/CR1/2017 du 12 janvier 2017 du juge des référés du Tribunal de première classe de Porto-Novo qui a suspendu l’organisation de la huitième édition de cette fête, l’année dernière, et renvoyé les deux parties à la réconciliation.
Aucun membre des dissidents n’était d’ailleurs hier à la cérémonie de lancement. Qu’à cela ne tienne ! L’édition 2018 de cette fête a pris son envol sur les chapeaux de roue. Les activités s’étalent jusqu’au dimanche 25 février prochain, où il est prévu l’apothéose avec un culte de l’église catholique qui sera présidé par l’évêque du diocèse de Porto-Novo, Monseigneur Aristide Gonsallo. Devraient suivre les réjouissances populaires avec des tableaux d’animations culturelles puis la cérémonie de clôture de la neuvième édition de la fête.

LIRE AUSSI:  Conflit entre agriculteurs et pasteurs: Le défi d’une bonne réglementation de la transhumance

Autres attractions

Mais avant dimanche prochain, la coordination générale épluche l’agenda des festivités. C’est ainsi qu’après le culte du christianisme céleste dans la matinée de ce mercredi, elle a procédé dans l’après-midi, à l’inauguration d’un module de trois salles de classe plus bureau et magasin réalisé à l’école primaire publique de Kpatinsa-Siliko dans l’arrondissement d’Akpadanou, commune d’Adjohoun. Les activités se poursuivent, ce jeudi 22 février, avec plusieurs manifestations au programme, dont un géant carnaval qui va sillonner les quatre communes pour amorcer les festivités. Il y aura aussi le lancement officiel de la foire économique de la Vallée de l’Ouémé qui mobilisera artisans, producteurs, éleveurs et promoteurs de services divers autour des produits locaux du terroir Wémè. Elle est par ailleurs la réponse à un besoin de brassage qui promeut la consommation locale pour une meilleure croissance économique.
L’agenda des festivités a inscrit au programme demain, vendredi 23 février, l’organisation d’un forum pour réfléchir sur le développement de la Vallée de l’Ouémé, notamment les mécanismes favorables à la mise en œuvre d’un système d’intercommunalité entre les collectivités locales des quatre communes. Cette rencontre mobilisera des cadres et des experts de la question et vise à mettre en place une plate-forme d’actions pour le développement harmonieux et communautaire du pays Wémè. Il est prévu, ce même vendredi, un culte des églises évangéliques et celui des religions endogènes puis le tournoi de football, de handball et de quille.
La journée du samedi 24 février prochain sera aussi sans repos. La coordination générale annonce l’organisation d’un concours de la langue Wémègbé. Cette compétition vise surtout à promouvoir l’identifiant linguistique du pays Wémé dans le monde. Cette activité est l’innovation de cette année. Elle sera ensuite suivie, toujours ce même samedi, des cultes de l’église protestante méthodiste et de la religion musulmane.