Fête des religions endogènes : Abomey-Calavi aux couleurs du vodoun

Par Joel TOKPONOU,

  Rubrique(s): Culture |   Commentaires: Commentaires fermés sur Fête des religions endogènes : Abomey-Calavi aux couleurs du vodoun

Fête des religions endogènes Abomey-Calavi aux couleurs du vodounAbomey-Calavi n’est pas du reste des festivités consacrées au vodoun lundi dernier

La multiplicité des couleurs et des apparats des pratiquants des religions traditionnelles était le signe patent de la grandeur de la manifestation. Dans l’arrondissement de Togba dans la commune d’Abomey-Calavi, ce lundi 10 janvier, la fête du vodoun s’est déroulée avec faste. Sur les lieux, les adeptes de « mami », « atingali », « dan » et autres divinités, vêtus de leurs tenues des grands jours, ont rivalisé d’ingéniosité pour exprimer leur joie devant le public médusé. Chants, danses et démonstrations diverses se sont succédé sans se ressembler. L’ardent soleil de la mi-journée n’a pu émousser leur désir de célébrer au mieux cette fête instaurée par l’ancien président Nicéphore Soglo qui était d’ailleurs l’invité d’honneur à Togba.
Evoquant l’importance accordée au 10 janvier depuis trente ans, sa majesté Edégboyinté, s’est réjoui de l’organisation des manifes-tations au niveau communal. Le premier responsable du culte vodoun dans la commune d’Abomey-Calavi a aussi rappelé les bienfaits du vodoun. « Si vous respectez les principes du vodoun, vous allez en bénéficier abondamment. Il ne fait du mal à personne », a-t-il insisté. C’était aussi l’occasion pour lui de formuler une doléance plutôt particulière. « Nous demandons aux autorités au sommet de l’Etat de penser à consacrer davantage de jours au vodoun comme c’est le cas pour les autres religions », a-t-il plaidé.
En attendant que cette demande soit étudiée et trouve un écho favorable auprès des autorités concernées, le maire de la commune d’Abomey-Calavi a une autre idée. Evariste Ahouandjinou a annoncé que « dès l’année prochaine, la fête prendra l’allure d’un festival. Une série d’activités sera organisée pour mieux valoriser le vodoun et le 10 janvier 2023 sera l’apothéose ». Cette décision prise par le conseil communal découle du fait qu’il reconnaît que « le vodoun est un grand facteur de développement ». L’autorité communale a également exhorté les leaders des religions endogènes, les adeptes et toute la population à la paix et à l’unité pour que le développement de leur ville devienne réalité.
Initiateur de la fête des religions endogènes au moment où il présidait aux destinées du pays, Nicéphore Soglo a développé sa perception de ces cultes. Selon lui, le vodoun est une richesse pour le peuple béninois. Il est donc nécessaire, a-t-il expliqué, de continuer à lui donner toute la valeur qu’il mérite.

LIRE AUSSI:  Livre «Hôtel PLM Alédjo : Gloire et déclin du berceau du renouveau démocratique béninois»:Un appel à la sauvegarde du patrimoine culturel