Fêtes de fin d’année: Une ambiance à pas forcés à Parakou

Par Maurille GNASSOUNOU A/R Borgou-Alibori,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Fêtes de fin d’année: Une ambiance à pas forcés à Parakou


Les fêtes de fin d’année s’annoncent déjà à Parakou, même si pour le moment, ce n’est pas encore la grande ambiance. En témoigne la descente effectuée sur les marchés de jouets et de vivres, puis dans la ville, par rapport à l’aménagement des places publiques.

LIRE AUSSI:  Des surveillants retardataires remplacés à Abomey-Calavi

Parakou peine à retrouver les couleurs des fêtes de fin d’année, quand bien-même ces dernières frappent déjà à la porte. Ce qui ne l’a pas empêchée de lancer depuis, vendredi 15 décembre dernier, une foire commerciale à la place Tabéra. Prévue pour s’achever le vendredi 29 décembre prochain, elle reste une innovation de l’équipe municipale dirigée par le maire Charles Toko.
L’objectif de la mairie à travers cette foire, selon son secrétaire général, Félix N’Pocha, n’est pas de rechercher des profits. « Il s’agit de profiter de cette période de fin d’année, pour faire la promotion des produits artisanaux de Parakou, puis de rassembler tous les vendeurs des articles destinés à ces fêtes en un seul et même lieu », a-t-il expliqué. C’est pour permettre aux populations de la ville de pouvoir s’approvisionner sans grandes difficultés et assurer par la même occasion, l’assainissement de la ville en cette période de fin d’année, moment par excellence où les articles de tout genre inondent la ville.
Par le passé, ces activités se menaient à tous les emplacements possibles et à travers toute la ville. C’est pour éviter le désordre auquel elles ont l’habitude de donner lieu que la nécessité de réorganiser le secteur en créant un village de vente de ces articles s’est imposée. Sur les lieux, on ne retrouve que les vendeurs des jouets et vivres destinés pour ces fêtes.
Vélos, voiturettes, poupées, jouets de musique, pullulent déjà sous les différents stands ouverts. Malheureusement, se plaignent la plupart des forains, ce n’est pas encore la grande affluence. « Les populations traînent le pas », informe la vendeuse de jouets, Walia Aziz. Installée depuis, samedi 16 décembre dernier sur le site, elle confie n’avoir vendu jusque-là que 3 articles. Selon Moustapha Yahia, la morosité économique que le pays traverse actuellement pourrait justifier cette situation. Assis devant son stand dans lequel sont exposées toutes les gammes de vélos, il guette l’arrivée d’éventuels clients. « Ils viennent simplement visiter et demander les prix des articles », informe Moustapha Yahia. « D’autres trouvent qu’ils coûtent cher. Certains viennent demander les prix des produits en faisant la promesse de repasser après », poursuit-il. Les autres années à pareil moment, insiste-t-il, l’affluence était déjà de mise.
« C’est un rendez-vous annuel auquel je ne peux me soustraire », avoue le client Anselme Ligan. Il a été surpris en train de prendre un ordinateur pour son garçon. A l’en croire, les prix proposés sont à la portée de toutes les bourses.
En dehors des jouets, il y a aussi les stands des produits vivriers, des boissons et bien d’autres articles très prisés en période de fêtes comme les pintades et les poulets-chairs exposés dans des cages de circonstance. On peut se les procurer non seulement à la place Tabéra, mais aussi aux abords des voies que leurs éleveurs ont déjà pris d’assaut.
Pour ce qui est de la décoration des grandes artères et carrefours de la ville, aucune disposition particulière n’a été prise. Il ne pourrait en être autrement, Parakou étant actuellement en plein chantier avec la construction de ses grandes voies.

LIRE AUSSI:  Secteur bancaire de la zone Uemoa: BGFibank, un label de performance et d’efficacité