Financement des travaux dirigés dans les écoles: Mairies et Société civile au secours des candidats

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Financement des travaux dirigés dans les écoles: Mairies et Société civile au secours des candidats

Financement des travaux dirigés dans les écolesDes candidats aux examens à une séance de renforcement de capacités

Les activités de renforcement de capacités intellectuelles communément appelées travaux dirigés (Td) à l’intention des candidats aux divers examens de fin d’année scolaire se poursuivent grâce aux financements octroyés par des conseils communaux et des personnes de bonne volonté. Cette nouvelle dynamique en cours notamment dans le Mono et le Couffo constitue une alternative pour se conformer à la décision gouvernementale portant interdiction des Td payants intervenue en août 2017.

LIRE AUSSI:  Mesures sociales: Ce qui est fait par le PAG depuis 2 ans

Les candidats aux divers examens de fin d’année scolaire bénéficient des activités de renforcement de capacités encore appelées travaux dirigés, dans le Mono- Couffo. Ces activités se tiennent les mercredis après-midi et samedis dans des établissements scolaires.
Aucune commune des deux départements n’est oubliée dans la dynamique des travaux de renforcement de capacités que les organisateurs ont réussi à inculquer dans l’opinion publique comme déterminants pour la réussite aux examens du Certificat d’études primaires (Cep) du Brevet d’études du premier cycle (Bepc) ainsi que du Baccalauréat. Ainsi, loin de tiédir l’ardeur des organisateurs, la décision d’interdiction des travaux dirigés payants dans les écoles, intervenue en août 2017, relance l’activité de plus belle grâce aux nouvelles sources de financement que sont les mairies et les organisations de la Société civile ainsi que des acteurs politiques.
En effet, après avoir statué le 30 août 2017 sur un rapport accablant les organisateurs des Td dans les écoles, « le Conseil des ministres a décidé d’interdire, pour compter de la rentrée scolaire 2017-2018, les travaux dirigés payants dans les écoles et établissements publics ou privés». Au dire du gouvernement, les Td payants se menaient «sur fond de supercherie grave et de dérapage par rapport à la déontologie et aux normes d’enseignement ».

LIRE AUSSI:  Mesures sociales: Ce qui est fait par le PAG depuis 2 ans

Dogbo et Lokossa, les soutiens réguliers

En respect de la mesure gouvernementale d’interdiction visant, entre autres, les frais précédemment exigés des élèves pour avoir accès aux séances de Td, les organisateurs ont dû changer de stratégie pour financer leurs activités. Ainsi, des mairies ainsi que des organisations de la Société civile et d’autres personnes de bonne volonté sont sollicitées. Dans le lot, les mairies de Lokossa, dans le département du Mono, et de Dogbo, dans le Couffo, se positionnent comme les soutiens financiers les plus réguliers de Td dans leurs établissements scolaires respectifs. Cette année encore, malgré la récession économique qui touche particulièrement les régies financières, les deux mairies ont libéré, chacune sa contribution. A Dogbo, par exemple, c’est avec une enveloppe d’un million cinq francs Cfa que le maire Magloire Agossou et le collège des conseillers ont décidé de faire bénéficier gracieusement les séances de renforcement de capacités aux candidats inscrits aux divers examens. L’objectif, selon le conseil, c’est d’améliorer les performances individuelles des élèves et par ricochet les rangs de la commune au classement des résultats à l’issue des différents examens. Les financements des mairies n’étant pas suspensifs des dons des organisations de la Société civile encore moins des gestes isolés des personnalités politiques, les arrondissements de Koudo, Ouèdèmè, Agamè et l’arrondissement central de Lokossa sont comblés par cet élan de solidarité. Outre la contribution financière de la mairie, plusieurs personnalités politiques ont joué leur partition. Il s’agit de l’honorable Dakpè Sossou avec notamment des manuels de mathématiques, de Mègnikpa, deuxième adjoint au maire de Lokossa, et du conseiller communal Laurent Zomaï qui ont donné des enveloppes financières.
Dans le Couffo, la même dynamique est en vogue avec des organisations de la Société civile. C’est le cas, entre autres, de l’Ong Perspectives actions communautaires pour l’enfance (PeACE-Ong) soutenue par Caritas et la Coopération allemande et la Fondation Bénoît Kessahou. Ce sont des chèques qui ont été remis dans treize établissements des communes de Dogbo, de Djakotomey, de Toviklin et de Lalo. A Klouékanmè.
Pour Koffi Yedjenou, directeur du Ceg 2 Klouékanmè, le geste de la fondation constitue un coup de pouce important arrivé à point nommé.