Formation à l’entrepreneuriat agricole: Abdoulaye Bio Tchané, parrain des aspirantes du Mono-Couffo

Par Désiré C. VIGAN A/R Mono Couffo,

  Rubrique(s): Actualités |   Commentaires: Commentaires fermés sur Formation à l’entrepreneuriat agricole: Abdoulaye Bio Tchané, parrain des aspirantes du Mono-Couffo


A la suite des bénéficiaires du Couffo, 18 mille femmes rurales du Mono seront prises en compte dans le cadre d’un programme de formations portant sur la transformation du manioc en « gari super, tapioca compétitif et en amidon traité ». Le démarrage de cette activité parrainée par Abdoulaye Bio Tchané a été marqué vendredi 28 août dernier à Lokossa par sa rencontre avec tous les acteurs dudit programme.

LIRE AUSSI:  Cryptomonnaies : La Bceao alerte les populations sur les risques encourus

On se croirait, vendredi 28 août dernier au stade municipal de Lokossa, à un meeting de campagne électorale tant par la liesse des populations que l’étendue des promesses de l’hôte. Mais il a été maintes fois rappelé que celui-ci n’est pas en train de faire de la politique. Du moins que l’heure était plutôt à la politique du développement. Et c’est dans cette ambiance que le président de l’Alliance pour un Bénin triomphant (ABT), Abdoulaye Bio Tchané a donné le top du déroulement d’un programme de formations au profit de la gent féminine du Mono. Au sujet de ladite formation saluée par plusieurs intervenants dont le représentant du préfet, Gildas Mahoussi et le roi de Lokossa, Sa Majesté Totoh, des détails ont été apportés par l’initiateur du programme. Il s’agit de Philippe Dansou, président de la Jeunesse unie pour le développement en Afrique (JUDEVA) qui détaille que le programme de formation porte sur la transformation du manioc en «gari super, tapioca compétitif et de l’amidon traité». Son Organisation non gouvernementale, révèle-t-il, a initié ce type d’apprentissage en 2011 à Aplahoué. Les femmes de cette commune et leurs congénères des cinq autres du Couffo en ont constitué la première vague d’apprenantes. Soit un effectif de 18 000 femmes dont le savoir-faire acquis ont fait l’objet, dans l’enceinte du stade municipal, d’une foire improvisée des produits à base de manioc, laisse entendre Philippe Dansou. A raison de trois mille par commune, le même effectif de femmes sera recruté dans le Mono par ce même programme que Abdoulaye Bio Tchané a accepté de parrainer. Ainsi le binôme JUDEVA-Abdoulaye Bio Tchané entend «faire du Mono-Couffo le carrefour des bonnes affaires agricoles dans cinq ans».

LIRE AUSSI:  test

La porte-parole des bénéficiaires du programme, Marie Atayi a eu des mots bienveillants à l’endroit de leurs encadreurs et a trouvé salutaire le parrainage de l’ancien ministre de l’Economie et des Finances, Abdoulaye Bio Tchané. Les doléances qu’elle a portées à son attention sont liées à la dotation en équipements techniques en vue d’accroître leur productivité. «De nos jours notre gari est demandé à l’extérieur et il nous faut le produire engrande quantité», a-t-elle justifié.
Pour le parrain Abdoulaye Bio Tchané, il n’y a pas de raison pour se soustraire à cet appel à l’aide. Entre autres promesses, il s’est dit favorable à apporter son soutien financier à la formation et à rendre disponibles des micro-crédits pour les groupements. «Je soutiens ce programme de formation. Pour moi, il est une avancée sur ce que nous souhaitons faire demain», clame Abdoulaye Bio Tchané Il n’a pas manqué d’appeler les partenaires au développement, les mairies, les institutions financières, la préfecture à lui emboîter le pas. Car, la JUDEVA, selon le président de l’ABT, fabrique des entrepreneurs et donc contribue à créer des emplois.