Formation à l’utilisation de la plateforme « Yaris » : Des agents de la Marine nationale ont reçu leurs attestations

Par Isidore Alexis GOZO (gozoalexis6@gmail.com),

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Formation à l’utilisation de la plateforme « Yaris » : Des agents de la Marine nationale ont reçu leurs attestations

Vue d’ensemble des récipiendaires

Dans le cadre de la lutte contre la criminalité maritime dans le Golfe de Guinée, vingt-trois guetteurs sémaphoriques de la Marine nationale ayant suivi une formation sur l’utilisation de la plateforme
« Yaoundé architecture regional information system » (Yaris) ont reçu, vendredi 21 mai dernier à Cotonou, leurs attestations de fin de formation. Durant deux semaines, leurs capacités ont été renforcées pour non seulement être les yeux des autorités en mer mais aussi coordonner les opérations en situation de crise.

LIRE AUSSI:  Trois ans du Pag: Grandes avancées dans le secteur du numérique

La formation avancée sur l’utilisation de la plateforme «Yaoundé architecture regional information system » (Yaris) a connu son épilogue, vendredi 21 mai dernier à Cotonou, avec la remise d’attestations aux bénéficiaires.
Développée en partenariat avec le projet européen Gogin et les responsables de l’architecture de Yaoundé, puis le soutien de l’Union européenne, Yaris est un système destiné au partage de l’information maritime et à la gestion des activités opérationnelles conduites dans un espace maritime qui s’étend du Cap-Vert à l’Angola. A l’issue de cette formation, le Bénin, à travers les participants, a amélioré ses capacités de gouvernance maritime.
François Marty, responsable des formateurs, a fait savoir que Yaris est un outil d’aide à la décision et a pour vocation de fournir aux autorités en charge de la sécurisation des espaces maritimes une image suffisamment précise des situations pour réagir plus rapidement et efficacement à celles qui sont considérées comme illégales.
Roméo N’Dah, porte-parole des récipiendaires, a reconnu que cette formation leur permettra de gérer au mieux les situations qui se présentent à eux en mer. Il a tenu à remercier les formateurs qui n’ont ménagé aucun effort pour le renforcement de leurs capacités opérationnelles.
Le capitaine de vaisseau Fernand Maxime Ahoyo, préfet maritime, rappelle que l’insécurité maritime se confirme comme l’une des menaces persistantes à la stabilité des Etats riverains du Golfe de Guinée. Il note qu’en dépit d’une prise de conscience croissante et de la volonté politique d’y faire face, l’augmentation rapide des crimes en mer a pris de court plusieurs pays de la région. En effet, précise-t-il, les organisations criminelles utilisent l’immensité des espaces maritimes pour y mener leurs activités, jouant sur l’extrême difficulté d’une surveillance permanente. Il s’agit des trafics de drogue et d’armes, d’équipements proliférants, d’êtres humains, de migrants, de marchandises de contrebande mais aussi de la pêche illégale et des rejets de déchets interdits.

LIRE AUSSI:  Le marketing réseau: Les dessous d’un système sujet à controverse
Lutter contre le crime organisé en mer

Le capitaine de vaisseau Fernand Maxime Ahoyo informe que d’autres organisations ou individus, agissant dans les zones hors de toute juridiction nationale, commettent des atteintes graves à l’écosystème et à la biodiversité. « Compte tenu de l’expansion des incidents de piraterie et d’autres formes d’attaques violentes dans les eaux du Golfe de Guinée, la Cedeao a indiqué la nécessité d’un plus grand engagement envers le partage d’informations, la coordination et l’intégration des moyens. Elle envisage donc que les Etats membres des différentes zones de l’architecture de Yaoundé coordonnent leurs activités maritimes, échangent les informations, et d’une manière générale, mettent en commun leurs ressources. Pour ce faire, l’union des compétences des administrations intervenant en mer se révèle indispensable pour une lutte efficiente contre le crime organisé en mer. Et cela n’est possible qu’à travers le partage d’informations d’intérêt maritime et la facilitation de la coordination des opérations en mer », souligne-t-il. Le capitaine de vaisseau Fernand Maxime Ahoyo a félicité les participants pour l’enthousiasme et l’assiduité dont ils ont fait preuve au cours de cette formation. Il n’a pas manqué de remercier les formateurs tout en leur souhaitant beaucoup de succès dans la poursuite de leur programme de formation avancée sur l’utilisation de la plateforme «Yaris ».

LIRE AUSSI:  Assemblée générale du Réseau entrepreneurial des femmes africaines: Mettre ensemble les énergies pour émerger