Formation dans les métiers du bâtiment: Des attestations et équipements aux enfants vulnérables

Par Maryse ASSOGBADJO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Formation dans les métiers du bâtiment: Des attestations et équipements aux enfants vulnérables


Ils sont dix-huit jeunes vulnérables à recevoir, ce mardi 29 septembre, leurs attestations dans le domaine des métiers du bâtiment. Leur formation entre dans le cadre du projet ‘’Appui aux orphelins déscolarisés sans soutien familial de parents victimes d’accident de la voie publique pour leur insertion sociale et professionnelle », soutenu par l’Ong Alinagnon et accompagné par la Maison de la société civile et l’Ambassade de France.

LIRE AUSSI:  Gestion des risques et catastrophes: L’assurance comme une priorité, selon le professeur Théodore Adjakpa

« Nous sommes venus à la maison d’accueil Camset en tant qu’enfants vulnérables, orphelins malheureux des parents victimes d’accident de la route et elle nous a donné le bonheur et l’amour paternel et maternel que nous avions perdu depuis des années. Notre tibia est formaté et nous inspire la réalisation des impossibilités ». Enthousiastes et reconnaissants, Flore Egla, porte-parole des lauréats et ses camarades de la 2e promotion des métiers du bâtiment, le sont après six mois de formation. Ils sont au total dix-huit jeunes dont six hommes et douze femmes provenant des départements du Couffo et de l’Atacora à avoir bénéficié de cette formation.
Ils doivent leur avenir à l’Ong Alinagnon, à la maison d’accueil Camset, à la Gcitt, à la Maison de la société civile ainsi qu’à l’ambassade de France.
En un semestre, ils ont été dotés des meilleures aptitudes dans les métiers du bâtiment. Ils ont été formés dans cinq domaines à savoir la fabrication des blocs hydraform, les gros œuvres où ils ont appris la construction des villas avec les blocs hydraform, le traitement des murs à l’aide desdits blocs, la peinture et l’étanchéité.
Au-delà du Btp, les formateurs ont comblé les lauréats à tous les niveaux. A l’issue de leur formation, ils se disent prêts à déplacer des montagnes. «Nous avons appris à ramer sur l’eau. Nous avons appris l’agrobusiness, l’élevage des poulets Goliath, la préparation du savon liquide, du yaourt, les gestes d’urgence, la transformation sur le plan émotionnel, social et physique », révèle Flore Egla.
Des ateliers de coiffure, d’art culinaire, de danse, de chants et de contes, des sensibilisations au cancer du sein ont meublé également cette formation.
Après six semaines, leur statut d’enfants vulnérables a évolué.
« Nous déchirons aujourd’hui le voile d’orphelins, enfants vulnérables des parents victimes d’accident de la route et nous vous attribuons le titre d’entrepreneur social. Désormais, vous allez impacter l’Afrique et le monde entier. Rien ne pourra vous être impossible », assure Casimir Migan, directeur de l’Ong Alinagnon.

LIRE AUSSI:  Programme Defia / Appui à la commercialisation de l’ananas: Enabel subventionne 64 600 emballages pour 10 exportateurs

Vision du chef de l’Etat

Cette initiative est cofinancée par l’ambassade de France sur son programme d’appui aux projets innovants de la société civile et des coalitions d’acteurs (Piscca), qui accompagne depuis deux ans les efforts des Osc répondant aux défis de l’insertion professionnelle des jeunes vulnérables.
Selon Isabelle Le Gueuec, le développement économique doit concerner l’ensemble de la population y compris les plus vulnérables. C’est pourquoi, les enjeux liés à la jeunesse, à la réduction des inégalités, à l’accès à la formation et à l’emploi pour tous sont au cœur de la coopération franco-béninoise. « Notre objectif au Bénin est de ne laisser personne de côté », dévoile-t-elle.
Chabi Nah Déré, préfet de l’Atacora, apprécie à sa juste valeur l’initiative qui cible une frange importante des jeunes de sa localité.
« La route continue de créer des séquelles irréparables au sein de nos communautés. L’Atacora et la Donga ne sont pas épargnés par cette triste réalité. Ces événements dus à l’imprudence et au manque de respect du code de la route ajoutent à la vulnérabilité des populations déjà sujettes à la pauvreté. D’où l’intérêt du Piscca qui vise à atténuer la vulnérabilité des familles victimes d’accident de la route à travers des offres de formations professionnelles répondant aux besoins du marché. Cette formation entre en droite ligne avec la vision du chef de l’Etat », se réjouit-elle.
Désormais opérationnels, les lauréats de la deuxième promotion sont appelés à faire preuve de rigueur, de dynamisme et d’honnêteté dans la gestion des marchés. Cerise sur le gâteau, dix parmi eux vont participer au projet de construction des vingt mille logements sociaux de Ouèdo conformément au Pag et bénéficieront d’une formation supplémentaire en béton armé pour une durée de trois mois. Des orphelins comme eux ne demandent pas mieux pour développer leurs talents.

LIRE AUSSI:  Assassinat (20e dossier): Bio Bani Djouldé et Adam Bani Soumanou fixés sur leur sort