Formation des agents de la Police municipale de Cotonou: Améliorer les prestations des agents sur le terrain

Par Eric TCHOGBO,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Formation des agents de la Police municipale de Cotonou: Améliorer les prestations des agents sur le terrain


Le ministère de l’Intérieur et de la Sécurité publique organise, avec l’appui de la Fondation Hans Seidel, un atelier de formation des agents de la police municipale de Cotonou sur le concept de la police de proximité. Cette formation qui a démarré, ce mercredi 18 octobre pour prendre fin demain à Cotonou, permettra aux chargés de la sécurité dans le Littoral d’améliorer leurs prestations sur le terrain.

LIRE AUSSI:  « Précis de pratique et de correspondance diplomatiques et consulaires »: Marc Hermanne Araba comble un vide en milieu diplomatique

La police municipale est un maillon de la chaîne sécuritaire dont les missions orientées vers les populations exposent les agents à des abus. Une formation s’avère indispensable pour donner aux agents de la police municipale les rudiments nécessaires en vue d’un changement de mentalité et de comportements afin de redonner confiance aux populations pour bénéficier de la part de celles-ci leurs contributions en matière de coproduction de la sécurité.
Le représentant du maire de la ville de Cotonou, Tiburce Théodore Dagbégnon Ahouanvoékè, explique que la police municipale est une police de proximité qui se veut proche des populations et prête à répondre à toutes leurs attentes.
Cette formation permettra aux agents de la police municipale de renforcer leurs connaissances et de contribuer à l’amélioration de leurs prestations sur le terrain.
La représentante de la Fondation Hans Seidel, Frank Aridja, précise que cette formation doit impacter tous les acteurs pour la coproduction de la sécurité. Les acteurs formateurs ont, non seulement, pour tâche de renforcer les capacités des stagiaires, mais aussi de corriger les enseignements mal assimilés pour être de vrais acteurs, proches des citoyens et de la population béninoise. Elle a exhorté les apprenants à être attentifs à tous les enseignements que les formateurs leur donneront.
Quant au directeur de la Sécurité publique, Thomas Codjo, il a mis l’accent sur le caractère multidimensionnel et multidisciplinaire des questions de sécurité dans nos villes. Ainsi dira-t-il, ce caractère exige que la question de la sécurité soit l’affaire de tous : autorités à divers niveaux, forces de sécurité publique et acteurs civils de la sécurité. La fonction sécurité, poursuit-il, doit être alors valorisée et ne doit plus être considérée comme l’apanage des forces de sécurité publique. Il est désormais nécessaire, voire primordial, a-t-il expliqué, que les forces de l’ordre bénéficient d’une collaboration franche et agissante des populations à chaque instant. Aussi s’agira-t-il pour elles d’apporter leurs contributions dans le cadre de la coproduction de sécurité s’il existe une crise de confiance entre ces deux acteurs. Car, il est apparu nécessaire que des dispositions soient prises pour faire renaître la confiance qui doit être déterminante dans la coproduction de la sécurité. Ce qui conduirait à un changement de comportements et permettrait d’éviter toute sorte de tracasseries policières, les brimades, les menaces, le mauvais accueil, le rançonnement, les traitements inhumains et dégradants. Au terme de la formation, la qualité des prestations des agents de la police municipale sera améliorée, les nouvelles approches préconisées dans le changement de comportements seront également maîtrisées et une franche collaboration entre les populations et les agents de la police municipale va renaître et perdurer, espèrent les organisateurs.

LIRE AUSSI:  Fumage de poisson : les fours améliorés, une solution écologique négligée