Formation des Cps à la prise en charge des demandeurs d’asile: Amnesty International soucieux du mieux-être des réfugiés

Par Josué F. MEHOUENOU,

  Rubrique(s): Société |   Commentaires: Commentaires fermés sur Formation des Cps à la prise en charge des demandeurs d’asile: Amnesty International soucieux du mieux-être des réfugiés


Amnesty International Bénin outille, du 2 au 4 août, les chargés de protection des centres de protection sociale des départements de l’Atlantique et du Littoral pour une meilleure prise en charge des demandeurs d’asile. L’institution compte ainsi contribuer à réduire le calvaire de ces personnes en situation de vulnérabilité.

LIRE AUSSI:  Protection des enfants au Bénin: Le Consortium Fadec-Enfants plaide pour un financement durable

La formation de trois jours initiée par Amnesty International Bénin à l’intention des chargés de protection des centres de protection sociale des départements de l’Atlantique et du Littoral entre dans le cadre de l’initiative mondiale « J’accueille». Laquelle se propose d’aider les réfugiés et demandeurs d’asile à bénéficier du soin et de l’attention inhérente à leur situation de personne dans le besoin. Elle vise aussi, selon Fidèle Kikan, directeur exécutif d’Amnesty International Bénin, à aider les pays à offrir à ces personnes les meilleures conditions ainsi que des facilités en lien avec leur situation. Pour ce qui est de la cible choisie pour la formation, il estime qu’elle est assez bien visée. Les services sociaux publics, d’après lui, constituent les premiers lieux d’atterrissage des demandeurs d’asile. Paradoxalement, ils ne disposent pas de tout l’arsenal et des instruments recommandés pour les recevoir favorablement.

Cette formation permettra de leur apporter les ingrédients utiles pour accueillir favorablement cette cible, chaque fois que le besoin se fera sentir. Elle vise également à combler les gaps d’absence et les faiblesses des mécanismes de référencement des réfugiés et demandeurs d’asile pour l’accès aux services de protection sociale. Ce qui est important ici, rappelle Fidèle Kikan, c’est que ces acteurs puissent dorénavant, conformément aux dispositions en vigueur sur le plan international, intégrer les demandeurs d’asile aux systèmes de protection nationale. Autrement, il est question de leur faire bénéficier des services sociaux disponibles mais aussi de leurs réseaux de référencement et de partenariat. C’est pour y parvenir sans anicroche, poursuit-il, qu’Amnesty International Bénin a décidé de mettre ces acteurs des centres de protection sociale dans leur rôle. Une option qu’apprécie tout particulièrement Mélanie Yèkpè, chargée de protection au niveau de la Commission nationale chargée des réfugiés. Le besoin d’assistants sociaux bien formés se fait surtout sentir au niveau des stratégies d’intégration et de prise en charge des réfugiés, souligne-t-elle. Mais au-delà d’une session de formation, son vœu c’est de voir se mettre en place un cadre formel pour se pencher sur la question du bien-être des réfugiés et de leur prise en charge. Même plaidoyer au niveau du conseiller technique aux Affaires sociales du ministère des Affaires sociales et de la Microfinance, Etienne Zannou. Il estime d’ailleurs que partout, on devrait prêter main forte à ceux qui sont en quête de bonheur loin de chez eux.

LIRE AUSSI:  Résilience de la filière avicole au Covid-19: La bonne recette des œufs et des poules