Formation des Organisations des producteurs de l’Afrique de lOuest: L’Université paysanne, un cadre de référence pour le développement agricole

Par Bruno SEWADE,

  Rubrique(s): Economie |   Commentaires: Commentaires fermés sur Formation des Organisations des producteurs de l’Afrique de lOuest: L’Université paysanne, un cadre de référence pour le développement agricole


La problématique de la formation et le renforcement de capacités demeurent une dimension clef dans les exploitations agricoles familiales au Bénin et en Afrique de l’Ouest. Dans cette perspective, le Réseau des Organisations paysannes de producteurs agricoles de l’Afrique de l’Ouest (ROPPA) a décidé de prendre à bras le corps cette question, en s’engageant dans l’élaboration d’une politique systématique de la formation notamment dans ses aspects technique, professionnel, entrepreneurial. D’où le concept de l’Université paysanne qui est avant tout une politique de formation à grande échelle.

LIRE AUSSI:  Conjoncture économique dans la zone Uemoa : baisse des opérations sur le marché interbancaire en février

La crise des années 1980 qui s’est soldée par la mise en œuvre des plans d’ajustement structurel qui a vu le désengagement de l’Etat dans nombre de domaines, n’a pas épargné les systèmes de formation professionnelle pour le développement rural. Pour le secteur agricole, les conséquences ont été encore plus dures avec la quasi-fermeture de certaines écoles et centres de formation dédiés aux métiers de l’agriculture. Ainsi, les agents chargés de l’encadrement agricole et rural ont disparu.

Face à cette situation et à d’autres évolutions du contexte liées au processus d’intégration régionale, les leaders paysans se sont dotés d’un espace pour défendre les intérêts du monde agricole et pour améliorer les conditions de travail et de vie des producteurs.
Dès sa création, il y a quelques années, le Réseau des Organisations paysannes de producteurs agricoles en Afrique de l’Ouest (ROPPA) s’est donc forgé une identité axée sur les préoccupations communes aux différentes composantes du mouvement paysan. Le ROPPA s’est positionné comme l’outil des exploitants agricoles familiaux pour la défense de leurs intérêts.
Le ROPPA depuis sa création a mis au centre de ses priorités, la question de la formation car, conscient que c’est essentiellement au moyen du renforcement des capacités qu’il peut se mettre à la hauteur des enjeux et exigences du moment et répondre efficacement aux attentes de ses mandants, les producteurs en vue de leur donner les capacités pour nourrir les populations de la région ouest-africaine.

LIRE AUSSI:  Plan de financement de l’Etat pour 2021: La dette publique plafonnée à 1528 milliards

Les défis et domaines d’actions

Malgré un certain nombre d’acquis engrangés par le réseau dans divers domaines, la question de la formation reste entière face aux défis de l’agriculture et du développement rural. Ces défis sont de plusieurs ordres. Il y a d’abord, la modernisation de l’agriculture familiale pour la rendre apte à nourrir les populations de l’Afrique de l’Ouest et créer des emplois et des richesses. Ensuite, c’est la croissance de la population et son urbanisation: la population régionale (290 millions d’habitants aujourd’hui) devrait passer à 455 millions d’habitants en 2030. La proportion d’urbains de 39 % aujourd’hui devrait passer à 60 %.
Autres défis, ce sont les changements climatiques ; la pression sur des ressources naturelles de même que le chômage des jeunes, selon les résultats du rapport 2009 du Bureau international du Travail (BIT) qui est le plus élevé au monde (18%). Les femmes et les jeunes constituent un potentiel important pour assurer la transformation souhaitée de l’agriculture et permettre à ce secteur de relever ces défis. Puis enfin, les rôles importants des femmes dans les processus de production, de transformation et de commercialisation des produits agricoles. Dans ce contexte, la promotion de l’entrepreneuriat des jeunes et des femmes s’avère une stratégie probante dans le cadre de la lutte contre la pauvreté et la promotion de la sécurité alimentaire.
Face à tous ces défis qui se dressent à l’agriculture ouest-africaine, le ROPPA a souhaité s’investir dans la modernisation des exploitations familiales. Pour ce faire, ses actions et celles de ses membres au cours des cinq prochaines années cibleront quatre domaines d’actions.

LIRE AUSSI:  Secteur privé : plus de 28 000 entreprises formalisées en 9 mois

Domaines d’actions

Le premier domaine d’actions consiste à cerner les dynamiques des exploitations familiales en vue de renforcer les capacités des Organisations paysannes de producteurs agricoles (OPPA), à fournir des services technico-économiques à leurs membres et la promotion/soutien de leurs initiatives économiques. Le deuxième domaine d’actions renforcera les acquis et les expériences accumulés depuis 2000 dans le plaidoyer en vue de politiques, de stratégies et d’interventions publiques plus favorables au développement durable des exploitations agricoles familiales.
Quant au troisième domaine d’actions, il permettra au ROPPA de continuer la consolidation de sa gouvernance interne amorcée dans le cadre du programme intérimaire en vue de renforcer de manière durable sa crédibilité institutionnelle et celle de l’ensemble de ses plates-formes nationales membres. Puis enfin, un quatrième domaine d’actions qui vise à soutenir la construction au niveau du ROPPA et des plates-formes nationales d’équipes techniques de haut niveau avec les moyens nécessaires et les compétences requises qui leur apportent les services nécessaires permettant la mise en œuvre de la vision et des missions du réseau.